Un jour, un jeu

Zengarv

Habitué
#21
Tout à fait, ceci dit même si VH2 est inférieur au premier, je le considère comme un bon jeu pour lequel j'ai une certaine sympathie alors que celui là ne m'inspire que du mépris.
 
Dernière édition:

Zengarv

Habitué
#22
Aujourd'hui
maxresdefault.jpg
Parachute. Nintendo. 1981
L'un des premiers Game & Watch et l'un de ceux sur lequel j'ai passé énormément de temps étant gamin. L'avantage de ce jeu, c'est qu'il est facile à comprendre. On déplace le type dans la chaloupe avec les deux boutons et notre objectif est de récupérer les parachutistes avant qu'ils ne tombent à la mer et ne se fassent dévorer par les requins. (Inutile de chercher à comprendre comment le gars parvient à faire tenir plusieurs dizaines de ces types dans sa petite barque...)
Ce jeu est toujours chez mes parents (le plastique a toutefois pris le soleil). Je n'ai pas mis de piles neuves mais je suis certain qu'il est encore en état de marche.

Demain, l'Odyssée du dernier espoir du Clan des Dragons.
 

Linsky

Habitué
#23
Ce teasing. ^^

Aujourd'hui Assault Suit Valken (oui, je reprend mes vieux articles, pour pas les perdre) dont j'aurais bien voulu faire un RaM si j'avais su émuler de la Saturn.. :cry:
Décollage :

Tout adorateurs de Mecha que je suis a subi l'influence de la saga Macross (connu sous nos contrées par le nom de Robotech), ou de celle de Mobile Suit Gundam, qui elle, malheureusement n'a jamais vu le jour dans notre paysage audiovisuel, à l’époque...

Des séries traitant de guerres politisés à bord d'immenses machines humanoïdes, du space-opera qui ouvrait de nouvelle frontières vers l'infini et au delà. ^^
Je vous propose donc en introduction, de comprendre d'où Assault Suit Valken tire ses racines..

En 1995, Square Enix donna naissance à une série de tactical RPG nommé Front Mission.

Basé sur la même thématique de futur dystopique, de conflits politique et armés, les joueurs se retrouvaient au commande des fameux Mechas entièrement personnalisable (de sa moindre armes à sa couleur), se battant dans les lieux géographiques terriens modifiés par absorption de diverses nations ou corporations.

Un univers fouillé et suffisamment complexe pour se faire connaitre grâce à un public de fan, et qui se scinda en plusieurs épisodes :

- Front Mission (Super Nintendo 1995, WonderSwan Color 2000, PlayStation 2003, Nintendo DS 2007)
- Front Mission 2 (PlayStation 1997)
- Front Mission 3 (PlayStation 1999)
- Front Mission 4 (PlayStation 2 2003)
- Front Mission 5 : Scars of the War (PlayStation 2 2005)
Dont un MMORPG Front Mission Online sorti en 2005.

Ce fut aussi sujet à quelques spin-off :

- Front Mission Gun Hazard (Super Nintendo, 1996)
- Front Mission Alternative (PlayStation, 1997)


Un lien de parenté qui me fait glisser vers une série de jeu beaucoup moins connu et pourtant qui mérite de rester dans les annales.
Jouissant d'un gameplay différent car basé sur l'action/plate forme et sur la gestion de son armement upgradable.
la série des Assault Suits contenant les épisodes :

- Assault Suit Leynos (Sega Genesis 1990)
- Assault Suits Leynos II (Sega Saturn 1997)
- Assault Suits Valken II (PlayStation 1999)


Mais l'épisode qui m'a particulièrement touché et auquel je voudrais rendre un hommage (et vous donner l'envie de vous y essayer) est..
Assault Suit Valken aka Cybernator (Super Nes 1993)




En 2065 la guerre pour des ressources rares font rage et c'est au dessus de notre belle planete bleue que des armadas s'échangent des tirs..
Suite à un court briefing et lors de l'atterrissage kamikaze de votre vaisseau mère afin de vous créer une infime breche dans les entrailles de la station de controle ennemi, vous comprendrez toute l'importance de votre mission..

Manette en main, à cette instant vous sentirez tout le poids et l'inertie de votre machine, participant grandement à une immersion soutenu par un controle/gameplay on ne peux plus intuitif.
Chaque saut pouvant etre prolongé par vos réacteurs dorsaux, un bouclier utilisable à volonté, un "dash" permettant un deplacement rapide pour des situations d'urgences et un tir optimal dans toute les directions (à 360°), qui est l'une des subtilités du jeu car upgradable et interchangeable avec d'autres armes.

Une 1ere mission qui ouvre des perspectives sous pesanteur, porté par la fluidité de votre machine et des niveaux de détails minutieux, parmi les exemples, vous verrez vos impacts de balles restant sur les décors, souffles des réacteurs soulevant des poussières sur le sol, entre autres..
.

La seconde missions vous emportera dans un shoot'em up nerveux à travers un champs d'astéroïde pour atterrir sur les fondations d'une base..
Bref, chacune des missions (7 au total) constituent une aventure riche en action et dans une continuité scénaristique logique.
Un run&gun parfait aussi, en somme.

Et si transi par les tirs et les explosions, une nostalgie vous étreint soudainement en pensant au devenir de cette bonne vieille planète qui est la votre, pas d'inquiétude, vous la reverrez, si bien sur vous survivez au frottements atmosphérique pendant votre terrible descente..

Car c'est ici même, dans ces cités dévastés de notre propre planete, que la source de cette guerre à pris forme, et c'est ici qu'elle prendra surement fin..

D'ailleurs, il est à noter que le version U.S fut totalement amputé d'une séquence ô combien importante scenaristiquement, celle du suicide de l'homme d'état se retrouvant enfin face au joueur..


Assault Suit Valken fut une claque technique sur Super Nes par son background fourni, son design somptueux, ses niveaux incroyablement diversifiés et son gameplay jouissif.
Certes, de nos jour un jeu de cette acabit et de cette époque semblerait avoir une petite durée de vie pour le joueur moyen..
Néanmoins avec 2 fins de jeu, quelques petits secrets (comme pour avoir le Napalm), un replay value enorme grâce à une difficulté suffisamment élevé et une jouabilité subtile (le lock de position de tir en apesanteur) touchant la perfection.


Je ne peux que conseiller à tout ceux qui ne l'auraient jamais essayé de ne pas hésiter, ne serait ce que pour découvrir cette série méconnu, ou du moins cette épisode spécifique, et peut etre de se faire happer par son univers vacillant entre pesanteur et apesanteur.

Au pire si les graphisme 16 bits vous font un peur, il y doit bien y avoir remake sur PS2 (2005) qui traine encore sur quelques étagères de (très) bon magasins.

Que ce soit sur super Nes ou PS2, je ne vous cache pas que ce sera dur à trouver, tres dur.. Ce qui est fort dommage mais logique pour une telle pépite..
 

Ray

Habitué
#24
Cybernator me faisais réversible étant gosse mais comme beaucoup de jeux, je n'avais pas les sous...
 

cracrayol

Membre Actif
#27

Lost Eden, sorti en 1995, par Cryo Interactive. Jeu d'aventure point'n'click, on incarne le prince Adam qui, dans un monde où cohabitent humains et dinosaures dotés d'intelligence, tente d'unir les hommes et les dinosaures pour battre les troupes de Moorkus Rex. #1Jour1Jeu
 

Ray

Habitué
#29
Oui, le clavier Google par défaut est très doué.
Parfois il m'écrit en double les mots qu'il "corrigé"...

Le mot était rêver, pas réversible...
 

Zengarv

Habitué
#30
Aujourd'hui
13313_front.jpg
Breath of Fire. Capcom. 1993 (Version originale) 2001 (Cette version Game Boy Advance)​
Je pense que nous sommes nombreux à avoir découvert la série des Breath of Fire avec le troisième épisode sur PS1, il faut dire aussi que les premiers épisodes sur Super Nintendo se démarquaient par leur rareté. Heureusement leur portage sur GBA a contribué à rendre ces épisodes plus accessibles.
Donc j'ai enfin pu faire le premier Breath of Fire sur GBA trouvé à petit prix à l'époque (Sa côte doit avoir grimpé depuis).

Le Clan des Dragons est pratiquement anéanti par celui des Dragons Noirs. Le jeune Ryu doit sa survie à sa grande sœur qui lance sur lui un sort de pétrification avant de se constituer prisonnière. Une fois les effets dissipés, Ryu part donc à la recherche de sa sœur et embarque pour une odyssée qui va lui faire rencontrer des compagnons, le plonger dans une succession d'aventures à l'issue plus ou moins heureuse et l'amener à affronter la déesse Myria pour sauver le monde.
Ce premier jeu est assez basique et linéaire dans son déroulement. On avance dans une région, on règle les problèmes et on passe à la suivante. Le jeu est assez difficile au début car Ryu commence tout seul et le reste assez longtemps. Il y a pas mal de levelling à faire au début pour obtenir un niveau suffisant et espérer atteindre le village voisin. On se retrouve avec un total de 8 personnages jouables, chacun avec des aptitudes hors combat propres plus ou moins utiles (Certains comme Manillo ou Mogura sont même tellement faibles qu'ils sont sans intérêt en dehors des quelques endroits où leurs talents sont requis)
De nombreux objets et trésors sont planqués ça et là, et il faudra trouver quelques secrets bien précis pour obtenir la vraie fin.

Demain, un jeu avec gros monsieur obsédé par les Étoiles.
 
Dernière édition:

Ray

Habitué
#31
Je ne savais même pas qu'ils ont eu droit à un portage sur ce support.
Mince j'ai vraiment loupé quelque chose...
 
#32
Pour fêter la migration d'un forum à l'autre...

Little-King-s-Story.jpg
Little King's Story sur Wii (2009)

J'ai commencé attiré par le design, je suis allé jusqu'au bout de l'histoire porté par le contenu. Et quel contenu, mes aïeux, il y a des trucs à faire ou à récolter dans tous les sens.
On dirige un petit roi qui doit faire fructifier son royaume. Et, entres autres, un roi a besoin d'une reine. Donc, il va falloir mater les monstres et libérer les diverses princesses des environs tout en faisant évoluer la ville et s'occuper des doléances du peuple. Le gameplay s'inspire de Pikmin ou Overlord : on balance les unités à la tête de l'ennemi et ils battent dans le tas.
Le panel de quête est très diversifié et c'est un jeu qui continue à surprendre même dans sa dernière ligne droite vers le boss final. Un de mes jeux favoris sur Wii, dommage qu'il n'ait pas eu beaucoup de succès :(

Le jeu a connu un reboot/remake sur PS Vita. Il est également sorti sous Windows il y a peu, mais le portage semblait avoir été fait à l'arrache (je ne sais pas si des patchs ont amélioré ça).
 
#33

Lost Eden, sorti en 1995, par Cryo Interactive. Jeu d'aventure point'n'click, on incarne le prince Adam qui, dans un monde où cohabitent humains et dinosaures dotés d'intelligence, tente d'unir les hommes et les dinosaures pour battre les troupes de Moorkus Rex. #1Jour1Jeu
J'ai de super souvenir sur ce jeux , il était assez facile mais assez sympatique ....je me souviens que assez jeune ( 5 ans je dirais) Morcus Rex me filait des cauchemard ahaha (l'espéce de bourreau a qui ont avait coupé la langue aussi ^^)
 
#34
Sky of arcadia ou sky of arcadia legends si cela est le portage gamecube (le jeu est sortie sur dreamcast en fin de vie de la console)
On y incarne Vyse un pirate du ciel(les iles flottent dans le ciel et les bateau se déplacent dans le ciel) qui va se retrouver embarqué dans une quete pour sauver le monde.
Je me souviens de ce jeu notamment pour les phases de bataille naval extrémement stratégique et assez épique(d'ailleurs l'équipement/armement du bateau offre des reflexions stratégiques intéressantes)
On a une impresion de liberté à piloter le bateau mais finalement le jeu dans mes souvenirs est assez dirigiste
La magie était aussi pas mal , vous choisissiez une affinité élementaire sur votre armes et cela donne des points elementaire faisait progresser dans l'arbre de magie associé
SoALBoxArt.jpg
 
Dernière édition:

Ray

Habitué
#35
J'avais fait l'original dur Dreamcast et il était vraiment excellent.

Ce qui était dommage c'est que l'on roulais sur les combats classiques alors que les combats en bateau étaient énormes (et beaucoup moins nombreux).
 

.monkey

Habitué
#37
Aujourd'hui, je vais parler d'un jeu d'une petite série qui ne fait pas trop de vagues : Shantae and the Pirate's Curse.


C'est marrant parce que j'ai un passif un peu bizarre avec la série. En gros, il y a très longtemps, j'ai découvert la série (juste de nom) via quelques commentaires de gens qui étaient fan de la série et qui déploraient qu'elle ne soit pas plus connue notamment parce qu'il me semble que le premier épisode était sortie sur GBC en fin de vie de la console.
Du coup, ma curiosité ayant été piquée, j'ai voulu jouer à ce premier épisode sobrement intitulé Shantae.

Je me l'était donc pris (si je me souviens bien) sur l'eShop. Et quand je l'ai testé, aïe la claque, j'ai été très déçu. Peut-être que j'avais trop d'attentes mais en gros j'ai vraiment pas accroché. Avec le recul, je me dit que j'avais peut-être oublié à quel point un jeu GBC ferait vieillot.
Mais même avec cette première expérience (très) décevante niveau gameplay, les mecs avaient réussi à me rendre le personnage attachant.

Du coup j'ai décidé de laisser une seconde chance à la série et je me suis pris (toujours sur l'eShop) l'épisode dont il est question dans ce topic : Shantae and the Pirate's Curse.
Et pour le coup, je me suis pris une grosse claque mais à l'inverse du premier épisode, ici, c'était du tout bon ! Niveau graphismes, c'est sublime et avec en plus des animations super travaillées qui rendent le personnage (et d'autres) encore plus attachants. Et surtout le gameplay ! Même s'il n'est pas parfait, je l'ai trouvé teeeeeeeellement mieux que le premier épisode. Bien plus fluide avec des passages rapides, nerveux, précis. Je pense même que tous les gens qui ont joués à cet opus se souviennent forcément d'un certain passage : la partie runner où l'on porte Rotty Tops avec une musique folle.
Clairement, c'est un jeu que j'aurais aimé avoir en version retail plutôt en version démat. C'est vraiment un jeu que j'ai adoré même si je ne l'ai pas fini (tout juste sur le dernier boss qui m'avait un peu saoulé j'avoue '^^).
 

Shutan

Habitué
#38
Aujourd'hui, je vais parler d'un jeu d'une petite série qui ne fait pas trop de vagues : Shantae and the Pirate's Curse.




Du coup j'ai décidé de laisser une seconde chance à la série et je me suis pris (toujours sur l'eShop) l'épisode dont il est question dans ce topic : Shantae and the Pirate's Curse.
Et pour le coup, je me suis pris une grosse claque mais à l'inverse du premier épisode, ici, c'était du tout bon ! Niveau graphismes, c'est sublime et avec en plus des animations super travaillées qui rendent le personnage (et d'autres) encore plus attachants. Et surtout le gameplay ! Même s'il n'est pas parfait, je l'ai trouvé teeeeeeeellement mieux que le premier épisode. Bien plus fluide avec des passages rapides, nerveux, précis. Je pense même que tous les gens qui ont joués à cet opus se souviennent forcément d'un certain passage : la partie runner où l'on porte Rotty Tops avec une musique folle.
Clairement, c'est un jeu que j'aurais aimé avoir en version retail plutôt en version démat. C'est vraiment un jeu que j'ai adoré même si je ne l'ai pas fini (tout juste sur le dernier boss qui m'avait un peu saoulé j'avoue '^^).
Oui, clairement Shantae and The Pirate's Curse est excellent, c'est le meilleur de la série en fait. Risky's Revenge est un peu trop confus et peu lisible et Half-Genie Hero est un peu trop court, mais les mises à jour récentes rallongent un peu la sauce. Par contre il est super beau !
Way Forward sont vraiment des magiciens de la 2D et des sprites, leur boulot est fantastique sur les graphismes. Et les musiques de Jake Kauffman (alias Virt) sont de l'excellent chiptune, qui n'est jamais ne serait-ce que moyen. Du grand art !
 

Zengarv

Habitué
#39
Aujourd'hui
6663_front.jpg
Resident Evil 3 : Nemesis. Capcom. 1999​

Resident Evil 3, c'est un peu le mal aimé de la série. Sorti peut être trop rapidement après le cultissime Resident Evil 2, ce jeu vous place dans la peau de Jill Valentine alors qu'elle tente de fuir Racoon City en proie à une épidémie de zombie. La tâche s'avèrera ardue car en plus des armes biologiques "habituelles", les membres des S.T.A.R.S ont été placé sur liste noire par Umbrella Corps qui a envoyé sur place un monstre, le Nemesis pour les traquer et éliminer.
Le gros intérêt de ce jeu, vient de la dimension qu'apporte le Nemesis dans la narration et les habitudes qu'on pourrait avoir pris depuis les premiers épisodes. Nemesis peut surgir à tous moments sur votre chemin aux moments les plus inattendus (sur le premier run, croyez moi ça surprend). Il frappe fort, il est très résistant alors en général le premier réflexe sera de fuir. Quand vous vous retrouvez dans des situations où votre santé et basse et que vous avez peu de munitions, vous vous mettez à craindre que Nemesis ne surgisse quelques mètres plus loin. Capcom a réussi dans cet épisode à nous placer un antagoniste vraiment marquant.
Une autre particularité de cet épisode vient de certains choix qui vous serons proposés dans le feu de l'action et qui pourrons vous amener à emprunter des chemins différents d'une partie à l'autre.
En dehors du Nemesis ce jeu m'aura appris à craindre les Hunters plus que jamais. Les saloperies sont de retour avec cette fois la variante Gamma capable de vous tuer en un coup avec sa gueule énorme.
Resident Evil 3, c'est aussi l'apparition du mode Mercenaries, qui, même s'il ne m'a jamais vraiment emballé est devenu une récurrence.

toc toc
-Oui ?
-STAAAAAARS
-C'est à coté...

Demain, le voyageur des rêves fait escale.
 
Dernière édition:

Ray

Habitué
#40
Aujourd'hui
Voir la pièce jointe 217
Resident Evil 3 : Nemesis. Capcom. 1999​

Resident Evil 3, c'est un peu le mal aimé de la série. Sorti peut être trop rapidement après le cultissime Resident Evil 2, ce jeu vous place dans la peau de Jill Valentine alors qu'elle tente de fuir Racoon City en proie à une épidémie de zombie. La tâche s'avèrera ardue car en plus des armes biologiques "habituelles", les membres des S.T.A.R.S ont été placé sur liste noire par Umbrella Corps qui a envoyé sur place un monstre, le Nemesis pour les traquer et éliminer.
Le gros intérêt de ce jeu, vient de la dimension qu'apporte le Nemesis dans la narration et les habitudes qu'on pourrait avoir pris depuis les premiers épisodes. Nemesis peut surgir à tous moments sur votre chemin aux moments les plus inattendus (sur le premier run, croyez moi ça surprend). Il frappe fort, il est très résistant alors en général le premier réflexe sera de fuir. Quand vous vous retrouvez dans des situations où votre santé et basse et que vous avez peu de munitions, vous vous mettez à craindre que Nemesis ne surgisse quelques mètres plus loin. Capcom a réussi dans cet épisode à nous placer un antagoniste vraiment marquant.
Une autre particularité de cet épisode vient de certains choix qui vous serons proposés dans le feu de l'action et qui pourrons vous amener à emprunter des chemins différents d'une partie à l'autre.
En dehors du Nemesis ce jeu m'aura appris à craindre les Hunters plus que jamais. Les saloperies sont de retour avec cette fois la variante Gamma capable de vous tuer en un coup avec sa gueule énorme.
Resident Evil 3, c'est aussi l'apparition du mode Mercenaries, qui, même s'il ne m'a jamais vraiment emballé est devenu une récurrence.

toc toc
-Oui ?
-STAAAAAARS
-C'est à coté...

Demain, le voyageur des rêves fait escale.
C'est un des épisodes que j'aime le moins.

J'ai tendance à prendre trop de temps pour explorer dans les vieux RE et donc je croise trop le Nemesis, ce qui fait que dés le premier run je me suis laissé du bestiau.
Et du jeu...

Par contre ce jeu avais d'autres super idée de gameplay/game design que tu n'a pas cité (et que je regrette de ne pas trouver dans les RE suivant).
Déjà l'esquive (dont un équivalent ne réapparaîtra pas avant Révélation) qui est une mécanique vraiment cool, ensuite la possibilité de faire nos propres munitions (même si le seul truc rentable c'est de se concentrer sur le pistolet et le fusil à pompe à bas niveau).

Enfin, ma feature favorite c'est que beaucoup de salles ont plusieurs configuration de salle dont le contenu change à chaque partie (je crois que je n'ai pas revu ça dans un survival horror avant The Evil Within, même si c'est pas géré pareil). Donc parfois cette porte de voiture clairement en 3D ne s'ouvrira jamais de la partie et d'autres fois, alors qu'on passe à côté, elle s'ouvrira pour laisser sortir un zombie ou un chien.
Pareil pour certaines énigmes qui ont une solution différentes à chaque partie (bon je crois qu'il y a 3 variantes max, mais c'est déjà ça).

S'il y a un truc que les survival horror devraient piquer à ce RE c'est bien cette mécanique qui permet d'instaurer le doute à chaque partie et de pourrir les Speed run (il suffirait de rajouter un système de seed à la binding Of Isaac pour régler ça).
 
Haut