Les jeux vidéo et vous : vos anecdotes

Mondainai

Habitué
Oui, après coup je m'en rend compte et pourtant je n'ai rien venir ! Tu m'as bien fait rire. Un échange qui devient en soi une anecdote :) !
 

tonio88

Habitué
Ça m'a toujours surpris les disquettes 3"1/2, celle que tu fais tomber 10 fois et qui fonctionne encore, celle que tu ranges bien dans sa boîte et un jour elle est illisible...
Surtout quand c'est un jeu qui tient sur plusieurs disquettes, là tu es content...
Bien content que ça soit fini c'était tellement aléatoire.
 

GonZo

Habitué
Oh punaise... Mondainai et tonio vous venez de me faire penser à un truc...

Je crois que c'est en 98, bref mon oncle (8ans mon ainé) jouait à un super jeu (Les Chevaliers de Baphomet je crois) et j'étais trop jaloux parce que ce jeu est juste magique... donc je décide de m'acheter un jeu de motocross de merde sur PC à "la maison de la presse" pour 99fr :)normal:) J'y joue et mon oncle lâche finalement sa play, y joue aussi et commence à l'apprécier. Je lui propose un échange mais ce diantre ne veut pas. Ce jeu de motocross m'emmerdant de plus en plus au fil des parties et comprenant que je ne pourrais rien en faire je décide de le tuer*. Je prend un compas et tac tac tac sur le disque devant les yeux effarés de mon oncle. Après coup je décide quand même de le tester et... le jeu est devenu merveilleux XD
Je me souviens que ça allait supra vite et ça bugé un peu visuellement. C'était beau, c'était fun. Et LÀ il voulait l'échangé.
Au final je l'ai gardé avec moi jusqu'en 2006, c'était bien fun :yatta:
Et le plus drôle ? j'ai récupéré les chevaliers il y a 2mois :normal:

*j'étais jeune et con, et j'aimais faire des expérience. Je n'avais pas non plus une réel notion de l'argent à ce moment là. Pardon au familles tout ça tout ça.
 

Ray

Habitué
Il faut venir aux manifs gilet jaunes avec nos Switch pour proposer aux CRS de taper sur Pikachu plutôt que sur les manifestants, ça marcherais peut être...
 

Mondainai

Habitué
Today, une anecdote difficile à raconter tant mon égo en avait pris un coup.
C'était en 2009, alors qu'un bundle PS3 + Killer app: Uncharted 2: Among Thieves avait pointé le bout de son nez en boutique allégeant de fait mon porte monnaie. Sauf que, je ne savais rien de l'univers Uncharted, si ce n'est qu'on avait un flingue et que ce jeu avait mis "presque" tout le monde d'accord (la bise à Davy si tu passes par là :p).

Aussi surprenant que cela puisse paraître c'était aussi mon tout premier TPS (ma ludothèque PS2 se limitait à quelques J-RPG + quelques jeux de baston type DBZ, Soulcalibur + Okami, Gran Turismo). Mais après quelques heures, Uncharted 2 a tout changé. J'avais pris ce bundle en faisant confiance "à la critique" et effectivement j'ai été soufflé par la réalisation, le rythme, la mise en scène... un vrai film.

Une fois le jeu terminé, je décide de tester le mode en ligne, encore quelque chose dont je n'avais pas l'habitude. Alors non, mon anecdote ne se résume pas à prendre des frags dans la tête à répétition mais... je n'avais pas capté que le mode Death Match, ce n'était pas du chacun pour soi (comme certains Battle Royal actuels). Dès que je voyais quelqu'un, panique à bord, vlan la grenade et on se carapate.

Encore une nouveauté, c'était la 1ère fois que je me confrontais au chat vocal en ligne et à la risée des autres joueurs, un souvenir douloureux. C'est alors que j'ai compris que la liste des joueurs apparaissant en début de match s'affichait en 2 colonnes: avec un titre rouge ou vert pour désigner son équipe et celle de ses adversaires. Aussi, la seule façon de reconnaître un allié d'un adversaire sur le terrain, c'était donc de regarder la couleur de son pseudo...
Un détail, qui m'avait complètement échappé !

Bizarrement, dans les modes en ligne, il n'y a pas souvent de tuto pour expliquer les choses... Et mon impression actuelle est que cela ne semble pas vraiment changer: il est peut être notoirement admis que les joueurs en ligne sont "expérimentés" et connaissent forcément les codes du genre. Donc dur de débuter sans accompagnement !

Le jeu m'a même affiché au bout d'un moment: "Untel (sûrement un coéquipier) vous a tué 5 fois, voulez vous le bannir ?" Euh... ah bon ? Mais non, pourquoi je ferais ça ? Un peu avant que (sans doute le dit joueur) l'on ne se moque ouvertement de moi... Je n'ai plus jamais relancé le mode en ligne du jeu et depuis je reste assez frileux en ligne de manière générale. Je reconnais malgré tout que certains titres y gagnent franchement en intérêt ou sont taillés uniquement pour ça mais les moqueries grasses ou violences verbales je ne m'y fais pas (même si entre temps j'ai eu le temps d'apprendre les choses)

Cette anecdote m'a été inspirée par un billet de jv.com, sans engagement, pour les modalités de participation, voir conditions en magasin.
http://www.jeuxvideo.com/news/971628/billet-les-violences-verbales-sont-le-fleau-des-jeux-en-ligne.htm
 
Dernière édition:

Ray

Habitué
Oui, c'est un soucis dans beaucoup de jeux en ligne de ne pas avoir de tuto correct même de nos jours.

J'étais surpris sur Starwars Battlefront 2 qu'il n'y ai toujours pas de tuto, c'est juste honteux...

Pour les discussions avec les joueurs en ligne, j'avoue que c'est régulièrement un problème (et encore tu n'est pas une femme, car sinon c'est 1000 fois pire).

Je regrette vraiment l'époque du jeu en réseau local à 8-10 avec des potes, bien plus convivial.

Bon faut avoir la place et le matos, on ne pouvait pas en faire souvent.
 

tonio88

Habitué
Je reconnais que certains modes de jeu en ligne dans les FPS je ne les ai jamais tenté, justement parce que tu es lâché direct en ligne et tu ne comprends pas ce qu'il faut faire. (Hormis deathmatch, capture du drapeau ennemi et roi de la colline.) Il faudrait vraiment tenter à 4-5 potes en ligne en partie privée pour découvrir tout ça.

Ça me rappelle quand je jouais à Payday2 en ligne , jeu que j'adore, alors que je faisais les objectifs, j'aidais mon équipe, je réanimais mes collègues...d'un coup je me faisais kick.
Niveau 40 j'allais aider des mecs niveau 20, kick.
Niveau 40 tu tombes sur des niveaux 80, kick
Donc en gros le seul moyen d'être en confiance, c'était de créer son lobby et bannir tous les autres.
A la fin je ne jouais plus qu'en solo.
 

Mondainai

Habitué
@Ray @tonio88 On tient peut être quelque chose là pour les tutos des modes en ligne. Hop le gilet jaune virtuel ! Ou pas.
Est ce que vous sauriez dire quel est "l'intérêt" pour un joueur de kicker un autre ? Ca m'est arrivé plein de fois dans DB FighterZ, en arrivant dans une session pourtant "publique" de quelqu'un d'autre, de me faire dégager. Je me demande d'ailleurs pourquoi le jeu permet de faire sortir quelqu'un (à moins que la personne ait fait preuve d'impolitesse, je ne comprends pas trop).
 

Zengarv

Habitué
Ça peut arriver si par exemple nous avons deux joueurs qui avaient convenus d'un horaire pour décrocher des trophées de type "gagner dix batailles d'affilée dans une session publique". Il n'y a rien de pire que de voir débarquer un joueur intrus qui risquerait de tout gâcher.
 

Mondainai

Habitué
D'accord, je comprends ! Ca se tient. C'est encore une fois juste un problème de communication finalement.
 

tonio88

Habitué
Je sais qu'une des tares de Payday 2 sur consoles (je ne sais pas aujourd'hui avec les m-a-j) c'était de ne pas pouvoir filtrer les niveaux quand tu crées ta partie.

Du coup si tu es niveau 40 et qu'un niveau 20 arrive sur ton lobby, il est sûrement plus faible et risque de mourir très souvent, le risque est de compromettre le casse quand tes partenaires viennent tous les 2 minutes te réanimer.
Ou bien quand tu veux jouer uniquement avec tes 3 potes qui ont les micros-casques.
Donc là je suis d'accord que les mecs m'ont jeté du lobby.

Par contre kicker un mec qui t'aide et qui joue bien, j'ai jamais vu l'intérêt.

@Zengarv justement ça me rappelle une fois où j'arrive sur une partie avec des Espagnols (je ne parle pas cette langue) et les mecs font le trophée en or d'une mission difficile d'infiltration, et je les ai laissé faire
à un moment du casse ils m'avaient dit "tonio don't move" et j'avais compris à ce moment-là et je ne voulais pas saboter leur co-op.
 
Dernière édition:

Zengarv

Habitué
J'ai une anecdote qui m'est revenue concernant une partie sur le premier Super Mario Bros.

Connaissez vous le Mario de Schrödinger ?

C'est une mésaventure qui m'est arrivé au cours d'une partie. Dans un des châteaux de Bowser, j'ai voulu sauter par dessus le boss pour atteindre la hache. Manque de bol, j'ai sauté un poil trop court et je suis tombé à la fois sur Bowser et la hache. Et là il s'est passé un truc assez étonnant. J'ai déclenché à la fois la destruction du pont et l'animation de mort de Mario. L'écran a ensuite scrollé vers la suite où Toad nous a raconté la phrase habituelle dans le vide. Vint ensuite quelques instants de suspense pour savoir si je passais au niveau suivant ou si je devais recommencer le château. par chance, c'est bien le niveau suivant qui s'est lancé.

Je me demande toutefois si le jeu m'avait soustrait une vie ou non. J'étais tellement content de continuer que je n'ai pas pensé à vérifier.

J'ajouterai que c'est glitch connu depuis bien longtemps sur ce jeu. On peut le voir à 5'40 sur cette vidéo.
 
Dernière édition:

Zengarv

Habitué
Fait. Une anecdote que j'avais déjà partagé sur l'ancien forum. Et dont je reparlerai en temps et en heure.
 

garkham

Habitué
Merci @Mondainai. J'avais complètement oublié.

Après une décennie à jouer sur consoles, mes premiers jeux sur PC ont eu, je m'en rends compte maintenant, un impact d’une toute autre mesure sur ma vie réelle. Untel m'a imprégné de son humour et de ses musiques MIDI qui résonnent tous les jours dans ma tête (coucou Theme Hospital), un autre m'a donné mon pseudo de toujours (salutations à toi Hexplore), un autre encore mon amour pour la symétrie et les détails (mes respects, RollerCoaster Tycoon). Mais peut-on faire plus fondateur que le jeu qui vous apporte votre métier ? Transport Tycoon est celui-là. Les heures passées à relier dans mon coin en 640x480 ces petites agglomérations isométriques pleines de vie, à répondre aux besoins de mobilité et à veiller à l’équilibre délicat de tout un système complexe ont forgé en moi une passion, un désir : contribuer à rapprocher les gens grâce aux transports. Permettre aux amoureux de se retrouver et de s’embrasser sur le quai, ou aux marchandises vitales d’être livrées à temps à ceux qui les nécessitent. Ces petits convois pixellisés étaient sans doute ridicules pour beaucoup, mais ils cachaient déjà tout ça dans mon esprit. J'ai voulu voir plus grand, alors j'en ai fait mon métier, celui d’ingénieur en planification des transports. Alors merci. Merci à toi, Chris Sawyer.
 
Haut