La météo des émotions

Linsky

Habitué
Djadja tu m'as roulé dans la frangipane
On devait parler des bars et des bonnets d'âne
Quand tu parles j'comprend pas un mot sur deux
Ou alors c'est ma personne qui est devenu vieux
Awin awin !
:normal:
(Voila, c'est tout pour moi.) 😁

 

Bluesiders

Habitué
Le covid aura eu raison de mon grand perew dernier grand parent vivant... et je suis a l'autre bout du monde, il seras incinerais seul.

Le covid auras pris la mere d'une amie aussi... et ya encore des cons qui pensent que c'est des vacances... ca m'attriste.
 

WillSnow

Habitué
Ouais c'est clair et j'espère que cet individu ne repassera pas par ici.
ça fait longtemps qu'il le fais pas donc ça devrais le faire.
Pour vous dire brièvement parfois les gens perdent la tête.
une personne que vous croyiez sympa et attentionné se révèle être un parano narcissique qui va vous faire la leçon sur ce qu'il ne se fait pas selon lui en terme de relation mais qui a coté de cela se permet entre autre de pirater les conversations des gens pour se donner raison. De toute façon il sait tout et na jamais tord.
Et je vous passe le détail d'une semaine entière que j'ai passé, a grande distance, a soutenir et sauver une personne n'allant vraiment pas bien du tout suite a ses exigences extrême, ses leçon de morale et sa fuite.
Alors c'est sur il s'est trouvé qu'on se ressemble et qu'on a pas mal déliré ensemble et pourtant elle y restait vraiment attaché.
Heureusement hier même s'il l'avait déjà été avec elle, il s'est montré tellement odieux en voulant me détruire qu'elle a finit par comprendre que c'était sans espoir.
En attendant j'y ai gagné une amie véritable. c'est bien plus que je n'en ai jamais eu et que je ne saurais en espérer.
 

Linsky

Habitué
Si ça peut te rassurer sur l'humanité, ce n'est pas forcement de la méchanceté, parfois les gens sont surtout malade..
Ils ne s'aperçoivent pas qu'ils font du mal, parce qu'ils souffrent eux même d'un mal qu'ils ne comprennent pas.

Je prend pour exemple ma famille, et plus specifiquement ma mère..
Qui a abandonné/ou fait retirer par la justice (aucune idée, c'est flou) son gosse agée de 4/5 ans, qui n'a jamais su nouer contact avec lui autrement que par de l'agressivité ou de la rivalité, qui est capable de ne pas le voir pendant des années mais l'appeler pour lui demander un service généralement bien pourri (genre, "toi qui t'y connais en internet, tu peux pas me telecharger ce film"), lui cracher à la gueule et lui raccrocher au nez en cas d'impossibilité, et pire que tout de ne pas connaitre son petit fils mais de l'envoyer chier l'unique fois oú il l'emmene la voir..
Le genre de personne sans aucun recul et toxique qui te reprochera de ne pas être "famille", parce que tu auras passé ta vie à être détaché émotionnelement de tout ceci pour ne pas avoir a subir et souffrir des mensonges, des mesquineries et mauvaise foi qu'elles partagent tristement avec ses 2 autres filles, qui sont en conflit chacune leur tour avec l'autre ou elle, de maniere cyclique et indéfini.

Pour mettre toute les chance de mon côté, j'ai voulu aller voir un psy, qui apres m'avoir quelque peu réparé et rassuré sur ce que je suis devenu, c'est à dire quelqu'un de sain avec de leger trouble de sensibilité (tendance au détachement quand impression parfois infondé de ne pas être aimé), m'a gentiment souffler à propos de ces gens que l'on estime mechant, que :

Ce n'est pas de la méchanceté, c'est pathologique.
La résultante de problemes tres profond occultés ou jamais reglé.

C'est pas faux, quand je revois mon cheminement plus jeune, j'avais une tendance totalement inconsciente de faire souffrir les meufs qui m'aimaient bien, parce que je fuyais dans ma passion (quasi obsessionnel) et philosophie un poil auto-destructrice du skating, parce que j'etais j'étais détaché/fuyais la moindre émotion lié à l'affect'.
J'étais parfois vu comme un sans coeur, hors c'était le contraire, c'est justement ce qui me faisait souffrir et dont je me protegeais.
Et comme c'est un schéma construit depuis la pré-adolescence, même quand tu en as pris conscience, vas y pour t'en débarrasser..
L'enfer, c'est même de s'en débarrasser enfin via les coïncidences de la vie qui donne des petits déclics, pour finalement basculer dans un schema inverse d'hypersensibilité avec une personne.
 
Dernière édition :

GipsyDangerous

Habitué
Et j'espère pour toi que tu as réussi à briser le cycle de la maltraitance, mais apparemment c'est bien le cas, et c'est rassurant pour l'avenir de ton enfant. Tu traînes de sacrées casseroles. C'est quand je lis ce genre de choses que je mesure à quel point j'ai eu et j'ai toujours de la chance d'avoir mes parents et ma soeur pour m'avoir aidé à grandir de manière saine et équilibrée.
 
  • J'aime
Réactions : Ray

Linsky

Habitué
On a tous des casseroles ou bleme plus ou moins dérangeant. Ca devient aussi parfois une force.
Justement d'avoir subi de la maltraitance psychologique et physique (son mec me frappait à ce qu'il parait mais je n'en ai pas souvenir autre que l'agressivité sonore, surement parce que j'étais encore tres tres jeune), m'a donné la terrible angoisse que je risquais de reporter ça sur mon fils, quand il est née, plus la peur de l'abandonner..
C'est la raison primordiale du pourquoi j'ai consulté un psy..
Étant donné que j'étais bagarreur étant môme, ado et jeune homme (mon ex avait pleuré lors de notre 2eme rdv, parce que je m'etais battu avec des mecs qui cherchait la merde. De la voir flipper de ça, m'a bien fait reflechir.), du coup ça ne me semblait pas non plus injustifié comme peur, mais en réalité, il m'a fait réaliser qu'il n'y a pas once violence en moi, c'est juste que je refuse de subir ou de me soumettre face à une personne violente.

Alors soit je ne suis jamais entré dans le cycle de la maltraitance, soit je l'ai brisé plus jeune, mais mon fils n'a jamais reçu une seule fessée en 8 ans de sa vie, ni humiliation, qu'importe sa bêtise, l'idée me répugne.
De toute façon, ce n'est à la base pas du tout dans ma philosophie éducative.
A vrai dire, je culpabilise même quand je le gronde fort ou le punis. Ce que ma meuf deteste car elle trouve que je fais un transfert sur sa souffrance supposé.
(Par contre ici, sur le fofo, j'adore me moquer et me venger de lui.) :normal:

En bref, j'ai souvent eu une réputation de voyou provocateur et bagarreur, sauf que mes proches constate depuis toujours, que pour moi, il y a un gouffre entre ne pas avoir peur d'affronter un connard fini, et envie de chercher des noises/avoir envie de faire du mal à quelqu'un.

C'est le paradoxe des schema pourri pathologique :
Croire que l'on est quelque chose, et en réalité être tout autre chose au fond de soi.

Dans ces paradoxes, y a aussi des trucs qui peuvent quand même continuer à nous hanter, tellement s'est profondement inscrit en nous..
Pour ma part, c'est le sentiment d'auto-destruction du "plutôt mourir que de subir ou me soumettre face à un quelqu'un qui veut faire du mal", qui s'est annexé depuis quelques années sur la notion affective.
 
Dernière édition :

WillSnow

Habitué
oh ça dois être un anime intéressant ça.
J'ai découvert after schooll dice club qui est pas mal aussi.
Mais bon ce n'est pas le sujet.
Hitori = seul.
 
Haut