Kadath l'inconnue, le topic des rêves chelou

  • Initiateur de la discussion Ray
  • Date de début

zardoz

Habitué
C'est ce qui était intéressant sur l'équivalent Nolife de ce topic, en lisant les rêves des autres de noter, ce qui ne m'était jamais arrivé dans un rêve, qui arrive manifestement fréquemment aux autres. Je n'ai ... jamais été mort ou mourant dans un rêve, ni été blessé, ni rêvé de douleur physique, ni tué ou torturé quelqu'un. Ni assisté à ces scènes arrivées à d'autres.

Quand je faisais encore des cauchemars, j'étais souvent en situation de danger mais jamais atteint physiquement ou fatalement par lui.
Je n'en fait plus guère (2 dignes de ce nom en 20 ans).
Mes rêves (en pleine nuit) sont plutôt meh (qu'ils soient plaisant, neutre ou déplaisant).
C'est avant 29 - 28 ans (depuis mes trois ans et demi environ) en revanche, qu'ils étaient systématiquement intenses, très fréquents, extrêmement variés (sous toutes leurs coutures) et très très souvent top surréels ... Et ça me manque vachement !
 

hakugei_

quiche végane
Membre du Staff
Les rêves les plus surréalistes que je faisais, c'était pendant la période collège-lycée. Je m'en souviens encore d'un que j'avais écrit dans mon journal intime où à chaque scène, la "mise en scène" changeait comme si on changeait de style de film. Réaliste, puis noir et blanc stylisé, puis scène comique, etc, mais tout dans le même lieu avec les mêmes personnages.

Après, une partie du fonctionnement des rêves s'explique avec la neurologie. Par exemple une théorie étudiée serait qu'en fait (hors thématiques récurrentes par exemple à cause d'un stress subit en journée) on rêve principalement d'images prises au pif qui n'ont aucun rapport les unes avec les autres, mais notre cerveau ajoute des détails entre pour que ça forme une histoire avec un semblant de cohérence.
 
  • J'aime
Réactions : Ray

zardoz

Habitué
Oh purée ... pareil, même période collège-lycée, et pareil aussi niveau des transitions en tout genre de style, d'ambiance, type de rêve. Aussi dans certains rêves le personnage qui est "inéquivocablement" moi, pouvait par une transition indicible ou pas, se trouver être une toute autre personne à partir d'un moment, et moi être un autre personnage navigant le rêve les instant suivant... avec simultanément toute sorte de morphing de décore, de texture et de narration.

Les rêves où j'avais le sentiment d'hyperréalisme étaient peut-être mes préférés. Ceux, plus rares, de cette sorte, où à un moment je me demandais intensément, et avec crainte, si je rêvais ou pas (parce que voulais que ce soit vrai), pour finir par me convaincre ou être convaincu que je ne rêvais pas (l'instant avant que je me réveille, cruellement ...) étaient assez déprimant. Je n'étais pas trop fan.

En effet, pour fastforwarder jusqu'en 2003, le rêve que j'ai fait qui était rouge (vif en fait) et nocturne (très beau et fantastique mais très négatif) je l'ai fais chez un ami dans l'Yonne, où nous étions entre connaissances. Habilement et avec distance (apparente), j'avais remis en place l'une de ces connaissances qui était particulièrement perfide et sournoise (j'entends profondément toxique ), individu poli et courtois mais tout en reptation. La nuit suivante je fais ce rêve de folie. Au matin je me lève furax (avec une continuité dans le sentiment négatif, du jour au lendemain), du coup je rentre chez moi illico-presto-fuck-it. Je n'avais plus fait de rêves intenses depuis ~3 ans jusqu'à ce jour, et n'en referai plus durant les 2 ou 3 ans qui suivrons.
 

Ray

Habitué
Pour le coup je n'aime pas la sensation que donnent certains rêves de réalisme.

Ça brouillé trop à mon goût la frontière entre réalité et rêve et peut nous pousser à faire des conneries.

Je me souviens d'un rêve quand j'étais ado où je me rendais compte qu'en concentrant mon énergie dans un environnement forêt j'arrivais à l'emploi omer pendant quelques temps, tant que je restais au dessus de la forêt.

La forêt en question était, IRL, une forêt juste en dessous du centre où j'étais en vacances.F Forcément un jour j'ai voulu vérifier si c'était bien un rêve tant j'avais l'impression de l'avoir vécu.

Imaginez un ado debout comme un con au milieu d'une forêt à chercher comment il pourrais concentrer son énergie :fp:
 

Ray

Habitué
Dans les autres types de rêves que je déteste, il y a les rêves où l'on se rend compte que ce n'est qu'un rêve où l'on se rend compte que ce n'est qu'un rêve, où l'on se rend compte que ce n'est qu'un rêve, où l'on se rend compte que ce n'est qu'un rêve, etc.

En général au début ça ne me gène pas, mais au bout d'un certain nombre de boucle je commence à grave angoisser.

Et quand je me réveille enfin IRL, j'ai le droit à une grosse journée de psychose où je vrai t tout le temps ne pas en être sorti...
 
Vu que mon hyperacousie pue salement en ce moment je fais toujours le même cauchemar , y'a du bruit et je peux pas me protéger du coup je souffre impuissant bref la folie....

Sinon mes autres cauchemars ou j'étais en danger pas au niveau des oreilles j'étais poursuivi mais je courrai moins vite qu'une grand-mère en déambulateur :( .

Et les rêves j'en fait très peu .
 

zardoz

Habitué
Ceux à boucles j'en ai eu quelques uns, très peu, il y a très longtemps. Mais au début je sais que je rêve, ce rendre compte c'est dans les boucles suivantes, naturellement.

Et comme ces dernières semaines j'ai écouté plusieurs entretiens de Matthew Walker professeur en neuroscience spécialisé dans l'étude du sommeil, voici un lien random (et soudain je réalise qu'il a commis un bouquin sur le sommeil que j'ai bien envie de me procurer du coup (pourquoi nous dormons: Le pouvoir du sommeil et des rêves, ce que la science nous révèle ) :

https://www.businessinsider.fr/video-comment-faire-des-reves-lucides-et-controler-ses-reves/
 
  • J'aime
Réactions : Ray

Tryskel

Habitué
Il y a un phénomène que j'ai toujours trouvé perturbant : en cours d'endormissement, où j'ai encore un sommeil assez léger mais que mon esprit commence déjà le tournage, il m'arrive d'y intégrer les bruits IRL, des bruits soudains et assez forts pour me faire reprendre conscience, genre une latte de parquet qui craque... Mais en ayant élaboré tout un scénario auparavant qui l'intègre.
Genre je vais préparer une arme à feu, viser soigneusement, attendre ma cible, et tirer pile au moment où il y aura ce craquement de parquet.
Je sais que le temps n'a pas de prise dans le rêve, et que c'est le cerveau qui remet en ordre le bordel a posteriori (ou simultanément), mais ça donne une impression de prémonition de ce bruit plutôt dérangeante.
 

Ray

Habitué
Vu que mon hyperacousie pue salement en ce moment je fais toujours le même cauchemar , y'a du bruit et je peux pas me protéger du coup je souffre impuissant bref la folie....

Sinon mes autres cauchemars ou j'étais en danger pas au niveau des oreilles j'étais poursuivi mais je courrai moins vite qu'une grand-mère en déambulateur :( .

Et les rêves j'en fait très peu .
Ton rêve lié à l'hyperacousie me rappelle le cauchemar du mec qui as besoin d'un appareil d'aide auditive dans Freddy 6...

J'espère que tu ne finira pas comme lui...
 

WillSnow

Habitué
Quand j'étais jeune, du temps ou je me réveillais avec la radio, il m'arrivait souvent d'intégrer dans mes rêves ce qui se disait à la radio. Je m'en rendais compte surtout avec les info qui repassent plus tard et qui du coup font remonter le souvenir du rêve.
 
  • J'aime
Réactions : Ray

Linsky

Habitué
Ce n'est pas ça un rêve lucide. Un rêve lucide, c'est un rêve où tu sais que tu es en train de rêver. A ce qui parait, avec de l'entrainement, tu peux les provoquer et les contrôler.
Perso, je sais que dès que je me rends compte que je suis en train de rêver, ça me réveille tout de suite. Mais bon, vu que je me souviens très peu de mes rêves...

En revanche, pour la faite de se réveiller en ayant trouver la solution à un problème qui te tracasse depuis des jours, tout les développeurs pourront te dire que ça leur est arrivé au moins une fois de se réveiller en plein milieu de la nuit avec la correction du bug sur lequel ils bloquaient depuis des jours. Ou la modification de l'algorithme nécessaire pour avoir les résultats attendus.
C'est assez logique, puisque le sommeil est une phase où le cerveau réorganise la mémoire. En faisant ça, ça permet d'écarter ce qui parasite la réflexion, et de potentiellement mettre en relation des trucs qu'on aurait pas du tout rapproché en temps normal. Et vu que généralement le sommeil pendant qu'un truc nous tracasse est pas très profond, pas étonnant qu'on se réveille en pleine nuit quand la solution a été trouvée.
J'ai parfois un contrôle sur mes rêve, puisque je choisis par exemple d'en sortir au moment opportun (ou d'y rester puisque je sais que je ne vais pas mourir), d'autre moment je trouve des façon de solutionner certains trucs ou obstacle dedans, mais la plupart du temps, il me semble que "j'accepte" consciemment le rêve dans lequel la situation est hyper abstrait ou absurde. Comme si j'avais ce recul et que je me disais :
"Bah ça va, c'est un rêve"..
Par contre, je ne sais pas si je le formule ou c'est une coïncidence.

Intéressant ton paragraphe sur réveil/solution trouvé.
Oui, ça me semble logique.
 

Guicheman

Crono Administrator
Ah mais tu fais probablement des rêves lucides. Je soulignais juste le fait qu'un rêve lucide ne signifie pas que tu as une épiphanie au réveil. C'est tout.
 

Linsky

Habitué
Oui, effectivement il n'y avait pas de lien. C'était 2 anecdotes séparés mais qui me troublent presque autant. ^^
Pour le cas du rêve lucide (ou pas d'ailleurs), ce que je trouve étrange, c'est justement de ne jamais savoir si c'est conscient (si c'est formulé) ou si c'est du domaine de la coïncidence (le rêve devait se dérouler comme ça avec ou sans mon "aval", pendant. Ca me laisse un flou.
Toute la spécificité du rêve quoi.. :p
 

zardoz

Habitué
J'ai parfois un contrôle sur mes rêve, puisque je choisis par exemple d'en sortir au moment opportun (ou d'y rester puisque je sais que je ne vais pas mourir), d'autre moment je trouve des façon de solutionner certains trucs ou obstacle dedans, mais la plupart du temps, il me semble que "j'accepte" consciemment le rêve dans lequel la situation est hyper abstrait ou absurde. Comme si j'avais ce recul et que je me disais :
"Bah ça va, c'est un rêve"..
Par contre, je ne sais pas si je le formule ou c'est une coïncidence.

Intéressant ton paragraphe sur réveil/solution trouvé.
Oui, ça me semble logique.
J'avais moyennement ce sentiment de contrôle lors de mes rêves, du même type de ce que tu viens de décrire. Hélas jamais un contrôle proactif et positif comme certains qui carrément "maîtriseraient" le rêve lucide (je considérais d'ailleurs leur seul cas comme du vrai rêve lucide, à tort).
Il y a un phénomène que j'ai toujours trouvé perturbant : en cours d'endormissement, où j'ai encore un sommeil assez léger mais que mon esprit commence déjà le tournage, il m'arrive d'y intégrer les bruits IRL, des bruits soudains et assez forts pour me faire reprendre conscience, genre une latte de parquet qui craque... Mais en ayant élaboré tout un scénario auparavant qui l'intègre.
Genre je vais préparer une arme à feu, viser soigneusement, attendre ma cible, et tirer pile au moment où il y aura ce craquement de parquet.
Je sais que le temps n'a pas de prise dans le rêve, et que c'est le cerveau qui remet en ordre le bordel a posteriori (ou simultanément), mais ça donne une impression de prémonition de ce bruit plutôt dérangeante.
Pour ma part, quand j'étais enfant et ado, c'était lors de fêtes au grand air, ou en soirées festives chez des gens que dans la phase hypnagogique j'étais immédiatement jeté dans un rêve, très lumineux, qui intégrait les bruits réels de mon environnement (fussent-ils stridents ...) comme si c'était pour que je m'endorme vite et ne me réveille pas (un moyen idéal de fuite pour moi qui hais se retrouver dans les foules).

Remarque "randome" : En tapant je réalisais que je n'ai jamais mangé dans un rêve, jamais. Et vous ?
 

Ray

Habitué
Comme dit dans un de mes précédents messages, dans un de mes rêves récurrent il y avait un restau asiatique super bon alors j'y allais souvent.

Sinon pour reprendre ta remarque sur le fait d'inclure des éléments rééls dans un rêve, c'est ce que j'ai vécu quand j'ai fait ma paralysie du sommeil.

Mes potes jouaient à Magic sur la table d'à côté pendant que je m'étais allongé dans le canapé en continuant à me lire mon roman The Ring.

A un moment, sentant le sommeil venir, j'ai posé mon roman et je me suis laissé m'endormir.

Quand je me suis "réveillé" je voyais mes amis toujours jouer à Magic dans une sorte de halo lointain qui était flou. Et moi j'étais dans une sorte de zone totalement noire et je ne pouvais pas bouger car je sentais quelque chose sur ma poitrine. J'ai tourné la tête pour le voir et c'était un fantome type Sadako replié sur mon ventre. J'avais aussi l'impression que des mains me tenaient les bras et les jambes.

Comme j'avais lut des trucs sur la paralysie du sommeil, je me suis dit que c'était sans doute ça et que j'étais influencé par ce que j'avais lut (et puis si je me trompais, de toute façon je n'aurai pas pu faire grand chose...).

J'ai donc attendu sans vraiment savoir combien de temps, mis j'ai eu l'impression que c'était quasi instantané. Et je me suis "retrouvé" dans le canapé avec mes amis qui jouaient toujours à côté de moi et sans difficulté pour me lever (par contre mon cœur battait la chamade, parce que c'est quand même assez flippant). Truc marrant, mes amis n'ont rien remarqué d'inhabituel, ils ont juste eu l'impression que je me suis couché puis au bout d'une heure réveillé normalement...

D'ailleurs ce rêve fait parti de ces rêves où les sensations me semblaient trop réalistes.

Ça aurait été autre chose qu'un clone de Sadako, je pense que j'aurais réagit nettement moins calmement car je n'aurais pas su déterminer ce qui se passait.
 

zardoz

Habitué
J'ai fait une paralysie du sommeil, vers fin 2000, je m'étais endormi le soir lumière allumée et réveillé en pleine nuit vers 3h, je tente de me lever pour éteindre, je réalise que mon corps ne réponds pas, je commence à paniquer j'essaie de crier pour appeler mes colocataires, impossible. Seulement là je me mets à ressentir une pression diffuse mais relativement intense sur la poitrine. Je me calme ou me résigne, me disant que je vais simplement attendre de me rendormir où je ne sais quoi. Me suis réveillé quelques heures plus tard, je m'étais donc rendormi sans même le réaliser ...
Aucun rêve, rien.

(Chez moi il y a eu les rêves cauchemardesques (monstres variés) qui persistent encore un peu après que je sois réveillé et redressé de ma position couchée. Mais c'était entre 3 ans et demi passé et 6 ans. Et aussi quelques hallucinations plus ou moins furtives (parfois beaucoup trop persistantes) ... bien bien flippantes, le soir et le matin loin de tout sommeil. Des que j'entrais ou traversais une pièce avec un peu ou beaucoup de pénombre c'était ainsi. Durant toute ma 6eme année, j'en avais tellement ma claque que je m’exerçais à me désensibiliser en entrant dans une pièce sombre et en y restant le plus longtemps possible chaque fois, jusqu'à ce que soit trop submergé par la peur. J'ai fini part me débarrasser de tout ça ... Ma soeur aînée qui s'en amusait (à mort) n'avait donc plus droit à son loisir qui consistait à me faire flipper ma race pour en rajouter.)
 

Linsky

Habitué
Remarque "randome" : En tapant je réalisais que je n'ai jamais mangé dans un rêve, jamais. Et vous ?
J'ai fait un cauchemar dans lequel je devais manger des insectes.
Selon Freud, rêver de manger à une signification directe à un besoin sexuelle.
Mais bon Freud, hein.. :p

Par contre, il me semble n'avoir jamais vu concrètement un visage dans un rêve.
Je sais qui est la personne, je la reconnais, mais pas de visage clair.
 
  • J'aime
Réactions : Ray

zardoz

Habitué
Les très rares visages hyper nets que j'ai vu étaient dans des rêves hyper réalistes de folie, de gens qui n'existent pas, et que justement je contemplais en détail. J'étais ado.
 

Ray

Habitué
Moi j'ai déjà eu un cauchemar où j'avais des intégrations glauques avec un certain Nicolas Sarkozy, mais j'ai pas envie d'en parler ici.

Mais pour le coup il était clairement identifiable.

La plupart du temps les personnes dans mes rêves ne ressemblent pas à qui elles sont, mais je sais qui elle sont. Mais parfois elles ont leur vrai visage.
 
Haut