Demandez le journal ! - La revue de presse

.monkey

Habitué
#2
J'inaugure (tristement) le topic du coup avec une loi votée dans l'indifférence générale et que je trouve totalement ouf. La bien nommée loi sur le secret des affaires qui permet aux multinationales de pouvoir poursuivre en justice journalistes, lanceurs d'alertes et même chercheurs lorsqu'ils estiment qu'ils ont subit un préjudice au niveau de leur chiffre d'affaire lorsque des révélations ont été faites (genre l'affaire sur le médoc mediator ou encore les panama papers).
Je suis atterré.
 

Yoji

Habitué
#4
Pitié. Tout mais pas ça.:sick:

J'inaugure (tristement) le topic du coup avec une loi votée dans l'indifférence générale et que je trouve totalement ouf. La bien nommée loi sur le secret des affaires qui permet aux multinationales de pouvoir poursuivre en justice journalistes, lanceurs d'alertes et même chercheurs lorsqu'ils estiment qu'ils ont subit un préjudice au niveau de leur chiffre d'affaire lorsque des révélations ont été faites (genre l'affaire sur le médoc mediator ou encore les panama papers).
Je suis atterré.
Heureusement qu'il existe une opposition dans notre beau pays.:cautious:
 
#7
Ah chouette, j'hésitais à créer un thread mais je vais en parler ici.
(Un thread que j'aurais appelé "Petit lapin, couvre-toi la carotte si tu sens qu'ils en ont après tes rognons")

Donc c'est le sujet à la mode: On se fait pomper nos données personnelles à tire-larigot.
Facebook, dernièrement, s'est (encore !) fait chopper avec beaucoup trop d'information sur nous. En plus de ça, ils ont eu le bon goût de se faire rouler. Très rapidement: Facebook vendait des données à Cambridge Analytica qui les a utilisé pour manipuler la conscience publique. (On passera sur les techniques psychographiques et saloperie marketing.) Sauf que Cambridge Analytica avait promis d'effacer ces données et... Et ne l'ont pas fait. Mince. Tant pis. On repassera.

Plein, plein, plein d'articles fleurissent.
En plus de ça, la plupart des informaticien-ne-s du coin qui bossent avec des systèmes d'information doivent probablement courir un peu partout pour le RGPD (Règlement Générale sur la Protection de Données) de la CNIL. Son nom est plutôt explicite.

Et un dernier lien qui va faire plaisir aux Misères Lactées qui aiment l'histoire et l'informatique:


(Beaucoup de lien vers Numerama, je sais. Je lis plutôt du NextINpact mais je ne vais pas vous imposer des articles payants.)
 

P'tib

Habitué
#8
Merci pour ce dernier article sur l'histoire du contrôle des données personnelles.
 

.monkey

Habitué
#9
Encore une fois, je trouve marrant de voir que tout le monde se réveille maintenant et a l'air de tomber des nues.
Et ce que je trouve encore plus marrant dans le cas de l'affaire FB c'est que les ricains en sont limites au point de dire "Ah ben voilà au final c'est la faute de FB si Trump est là ! Pas notre faute !". Visiblement, Zuckerberg a une bonne tête à chapeau :rolleyes:
 

Lazarre

Habitué
#10
Disons qu'il y a trois choses :
  • une différence de gradation entre "mes données ont été utilisées pour me faire de la pub personnalisée pour du dentifrice" et "mes données ont été utilisées pour permettre la victoire d'un homme politique que je déteste"
  • le fait que Cambridge Analytica ait obtenu ses données par un procédé malhonnête (officiellement une étude scientifique en ligne)
  • le fait qu'ils n'aient pas seulement récupéré les données des répondants mais aussi celles de tous leurs contacts
Il y a aussi une prise de conscience plus forte, car maintenant plus réelle, de ce à quoi ces données personnelles peuvent servir concrètement. Parce que pour la plupart des gens, le fait qu'une firme inconnu connaisse leur date de naissance et leur marque de bière préférée ne pouvait pas sembler dangereux a priori.

Par contre ce qui est inquiétant, c'est que des professionnels du milieu semblent tomber des nues (alors que c'est leur métier), et que tous les yeux se braquent sur FB (et un peu Google) comme si Microsoft, Apple et Amazon étaient des saints (spoiler : ils ne font pas mieux, peut-être même pire).
 

.monkey

Habitué
#11
Par contre ce qui est inquiétant, c'est que des professionnels du milieu semblent tomber des nues (alors que c'est leur métier), et que tous les yeux se braquent sur FB (et un peu Google) comme si Microsoft, Apple et Amazon étaient des saints (spoiler : ils ne font pas mieux, peut-être même pire).
Et quand on pense qu'il y a quelques années l'affaire Snowden a été plutôt rapidement enterrée. Ca a fait les gros titres pendant quelques semaines tout au plus et la plupart des gens ne savaient même pas de quoi il était question...
 
#13
« Lynchages en réseaux »
En août 2016, la chercheuse américaine Whitney Phillips écrivait dans Time :«Ce sont pour la plupart des gens normaux qui font des choses qui leur ont paru amusantes sur le moment et qui ont des répercussions énormes. On aimerait dire que ce sont eux les méchants, mais c’est un problème qui nous concerne tous.»
Ça me rappelle un truc dont on a, j'ai l'impression, pas forcément conscience, c'est qu'en général les gens participant à ce harcèlement en masse ne se rendent pas compte qu'iels font partie d'une foule. Je veux dire, il y a des cas de harcèlement coordonné où un groupe de gens (prenons au pif des gens sur un forum de JV . com) se donnent le mot d'aller poster plein de commentaires quelque part, mais la plupart du temps je pense que les gens voient juste leur message sans penser au fait que c'est le 200ème que la personne reçoit. Il y a aussi clairement une vision biaisée de "c'est juste un commentaire sur internet c'est bon" ou la justification que la personne concernée ne va ptet jamais lire ça...
 

Lazarre

Habitué
#14
Effectivement, l'immédiateté des réactions en ligne fait que ce qui peut sembler "une réponse isolée" par une personne donnnée peut en fait se traduire par une avalanche de messages agressifs par celle qui les reçoit en face.
C'est pour cela entre autre que certaines réactions, comme le call-out (pointer vers un.e article/tweet/contenu/personne pour le/la dénoncer) ou le hate-RT (citer un tweet que l'on veut dénoncer avec un commentaire réprobateur) sont des actions à éviter : elles entrainent des effets boule-de-neige qui vont facilement au-delà de l'intention initiale.
 
#15
Clairement, et ça peut arriver à tout le monde de (participer à) déclencher du harcèlement juste en voulant faire une blague ou en pointant du doigt des propos effectivement problématiques (je déteste un peu ce mot parce qu'il a été galvaudé à force d'être utilisé tout le temps à une époque dans le Twitter militant mais des fois c'est plus pratique à expliquer comme ça).
 

ythrion

Habitué
#16
c'est aussi ce qui amène l'incompréhension chez certains par rapport au harcèlement de rue, parce qu'ils pensent que leur petite phrase de drague est un cas isolé "non mais ça va quoi, je disais juste bonjour mamzelle" , alors que pour celle qui les entends, c'est très (trop) fréquent.

(bon y a aussi les gros lourdingues qui hèlent toute celles qui passent devant eux, mais ça c'est une cause perdue de tenter de leur expliquer...)
 
#18
L'air de rien ouais ce genre de compte / page participe à ça des fois (bon de plus ça pique des tweets à droite à gauche même si bon en général je plussoie le propos). Après, que plein de gens se mettent à dire à Christine Boutin qu'on pense qu'elle a tort, ça me dérange moins (même si ça pourrait être fait sans insulte etc mais bon :/) que des féministes qui quittent Twitter à cause du harcèlement.
 
#19
Ah chouette, j'hésitais à créer un thread mais je vais en parler ici.
(Un thread que j'aurais appelé "Petit lapin, couvre-toi la carotte si tu sens qu'ils en ont après tes rognons")

Donc c'est le sujet à la mode: On se fait pomper nos données personnelles à tire-larigot.
Facebook, dernièrement, s'est (encore !) fait chopper avec beaucoup trop d'information sur nous. En plus de ça, ils ont eu le bon goût de se faire rouler. Très rapidement: Facebook vendait des données à Cambridge Analytica qui les a utilisé pour manipuler la conscience publique. (On passera sur les techniques psychographiques et saloperie marketing.) Sauf que Cambridge Analytica avait promis d'effacer ces données et... Et ne l'ont pas fait. Mince. Tant pis. On repassera.
Reste de l'article
La dessus il y a pas de secret , j'avais un prof en école de commerce qui disait " Si une entreprise faits quelquechose gratuitement on a 90% de chance que ce soit toi le produit ...."
Pour reparler de la GDPR , il faut espérer que les controles soient vraiment réalisés car quant on vois comment c'est gérer dans certaines entreprise ( la mienne notamment ça fait peur ....l'objectif est pas de se mettre en conformité mais de montrer qu'on avance vers l'objectif ....et vu qu'on aie une boite d'agro on brasse pas mal de donner perso sur les profils consommateur ect ....)
Il faut espérer que les amendes tombent vraiment ( 2% du CA mondial ça devrais en calmer certain) car sinon ça continuera gaiement ( et le nombre d'éditeur qui propose encore du software pas conforme GDPR est aussi hallucinant et pourtant ça fait un moment qu'on en parle ....)
 
#20
Je ne comprends pas trop cette pertinence des réponses ressemblant à "Bah oui, bien sûr, c'est évident que Facebook vole vos données. old quoi." Même si la fréquentation de Facebook est en baisse, il s'agit tout de même du réseau social le plus utilisé. Il n'est plus l'heure de dire aux gens que Facebook est mal, mais de les en convaincre. Et nous avons maintenant des preuves un poil plus concrète que "Je le sais parce que mon service marketing utilise des données FB."
Perso, ma prochaine mauvaise habitude à régler sera probablement de virer Google de ma vie. Ça risque d'être un chouilla plus long et complexe.

Sinon, wouhou ! Billy Mitchell s'est fait virer de TwinGalaxies et la totalité de ses scores sont invalidés. Vous avez tous gagné le droit de regarder King of Kong: A Fistful of Quarters.


Edit: Pour la RGPD/GDPR (C'est la même chose, juste le sigle anglais), faut voir comme ça va se passer. Je bosse pour les ministères et administrations et ils semblent bien que les audits risquent d'arriver dard-dard. (A titre perso, on est audité en interne actuellement.) Je suis également plutôt favorable à cette directive. Par contre, elle risque de coûter plutôt chère sur les projets pas en forme.
 
Haut