Bienvenue dans la Velvet Room : Le topic Persona

korisan

Habitué
59700771_p0_master1200.jpg
Auteur : こくすが (Source : Pixiv)​

Dérivée de la saga des Shin Megami Tensei (on y retrouve les mêmes sorts et le même bestiaire fantastique, pioché dans un peu toutes les religions et mythologies), la série des Persona est à l'heure actuelle un des plus importants fers de lance du RPG japonais ; le 5ème épisode, sorti en 2017 en Occident, s'est ainsi retrouvé en tête de nombreux classements annuels, au coude à coude avec NieR Automata.

Comme pour la saga Final Fantasy, chaque épisode est indépendant (même si quelques clins d’œil et caméos permettent de lier les épisodes entre eux).
On retrouve néanmoins de nombreuses similitudes entre chaque jeu : l'aventure se déroule dans un Japon contemporain, dans un environnement urbain (à part P4 qui se déroule à la campagne), et met en scène des lycéens (seul P2EP propose des héros plus adultes) ; il y est question de psychanalyse jungienne (les Personas, les Ombres, l'Inconscient Collectif...), de tarots de Marseille, de papillons, de rumeurs et légendes urbaines, de liens sociaux, de collection et de fusions de monstres, et d'un mystérieux endroit appelé la Velvet Room tenue par le tout aussi mystérieux Igor.

  • Le premier épisode, Revelations: Persona (Megami Ibunroku Persona au Japon), sorti en 1996 sur Playstation, est surtout connu pour son effrayante adaptation US digne d'un anime du Club Dorothée (changements de noms et de sprites afin d'américaniser le jeu, suppression d'une aventure alternative - la "Snow Queen Quest" - car cette dernière était jugée trop difficile...) ; heureusement un remake sur PSP, plus fidèle à l'original et améliorant l'interface un peu vieillotte, sortira en 2009. Parmi les PNJ, on retrouve Tamaki Uchida, l'héroïne de SMT If... ; le jeu propose un système de négociation hérité de la série-mère SMT. Histoire : Après avoir pratiqué - sans trop y croire - un mystérieux rituel (le jeu de la Persona), des élèves du lycée St Hermelin de la ville de Mikage-Cho voient apparaître une jeune fille fantomatique puis font un malaise ; ils décident d'aller à l'hôpital pour se faire examiner et en profitent pour rendre visite à une camarade qui y est alitée en raison de sa santé fragile. C'est alors que des démons apparaissent !
  • Persona 2 sort sous la forme d'un diptyque : Persona 2: Innocent Sin (1999 sur Playstation, uniquement au Japon, puis remake PSP en 2011 sorti aussi en Occident) et Persona 2: Eternal Punishment (2000 sur Playstation au Japon et aux USA, remake PSP en 2012 au Japon uniquement) ; sans vouloir trop en dire, P2EP est à la fois la suite de P2IS et un reboot : on y croise les mêmes personnages, mais ceux que l'on incarne sont différents (et on retrouve au passage certains des héros du premier jeu qui sont devenus de jeunes adultes). Le système de négociations a été amélioré par rapport au premier épisode. Histoire : Dans la ville de Sumaru, les rumeurs deviennent réalité ! La plus populaire concerne le mystérieux Joker, capable d'exaucer les vœux, qui apparaît en composant son propre numéro sur son téléphone portable.
  • La série opère un changement de style avec son 3ème épisode, le bien nommé Persona 3 (PS2, 2006 au Japon, 2007 aux USA, 2008 en Europe) : désormais l'aventure se vit au jour le jour selon un calendrier qui nous permet de vivre une vie de lycéen (les études, les clubs du lycée après les cours, les petits boulots, les sorties entre potes, la chasse aux montres dans des donjons générés aléatoirement... ). C'est cet épisode qui introduit la mécanique de Social Links qui deviendra désormais la nouvelle marque de fabrique de la série (comme dans un dating-sim, on noue des liens avec des PNJ en passant du temps en leur compagnie, en leur offrant des cadeaux, et en faisant les bons choix quand ils nous posent des questions ; au passage on apprend à les connaître, on découvre leurs problèmes et leurs doutes, on les aide à surmonter ça, et on se surprend à apprécier un PNJ qui de prime abord ne payait pas de mine – voire était antipathique – et que l'on avait choisi de côtoyer uniquement par intérêt). En revanche les négociations avec les ennemis (appelés désormais "Shadows" et non plus "Demons") ont disparu. Le jeu est marqué par un fort contraste entre une ambiance très pop le jour (l'excellente bande-son très chantante de Meguro Shoji, un univers coloré à l'image du double arc-en-ciel visible à l'entrée du lycée) et une ambiance plus dark la nuit (les couleurs saturées de la Dark Hour, les héros armés d'un pistolet qui font semblant de se tirer une balle dans la tête afin d'invoquer leur Persona). Dans le jeu, une émission télé évoque les héros des 3 jeux précédents sans les nommer. Une version améliorée, Persona 3 FES, sortira en 2007 au Japon et un an plus tard en Occident ; elle propose une campagne supplémentaire d'une trentaine d'heures, "The Answer", dépourvue de Social Links. Un remake PSP, Persona 3 Portable (Japon 2009, USA 2010, Europe 2011), permet d'incarner une héroïne à la place du héros, et opte pour une interface de type visual novel (et ajoute des clins d'oeil à Persona 4, sorti entre temps, et à Catherine, qui sortira en 2011). Histoire : Il existe une 25ème heure, appelée la Dark Hour, accessible par une poignée de personnes lorsque sonne minuit ; lors de la Dark Hour, les humains normaux sont transformés en cercueils, la lune émet une lumière verdâtre, l'eau prend une couleur rouge sang, le lycée Gekkoukan devient la mystérieuse tour Tartarus, et les Ombres rodent ! Ces dernières sont responsables d'un mal étrange, le Syndrome d'Apathie, qui frappe de plus en plus de personnes dans la ville de Tatsumi Port Island et empire à l'approche de la pleine lune...
  • Persona 4, sorti en 2009 chez nous (1 an plus tôt au Japon et aux USA) sur Playstation 2, reprend la formule de l'opus précédent et l'améliore à quasiment tous les niveaux. L'aventure se déroule désormais dans une petite ville de campagne, et s'apparente à une enquête policière. À l'occasion d'un voyage scolaire à Tatsumi Port Island, les héros du jeu vont se retrouver à visiter certains lieux emblématiques de Persona 3 et rencontrer certains PNJ de ce précédent épisode. Un remake sur PS Vita, Persona 4 Golden, sort 4 ans plus tard et intègre un tout nouveau personnage (la tsundere Marie), deux nouveaux Social Links, un nouveau donjon, et prolonge l'aventure initiale de quelques semaines (il est enfin possible de vivre la St Valentin !). Histoire : La paisible ville d'Inaba est depuis peu le théâtre de crimes sordides : deux cadavres viennent d'être retrouvés à quelques jours d'intervalle, suspendus en hauteur, et les causes du décès sont inconnues. Serait-ce l’œuvre d'un tueur en série ? Y aurait-il un rapport avec la Midnight Channel, cette mystérieuse chaîne de télévision qui apparaît à minuit les soirs de pluie sur l'écran d'un poste éteint, et qui est censée révéler le visage de son âme sœur ?
  • 20 ans après l'épisode fondateur de la série, et 8 ans après le dernier jeu de la saga (en excluant les remakes et les spin-offs), sort enfin Persona 5 (2017 en Occident, à la fois sur PS3 et PS4). Le jeu continue sur la lancée initiée par Persona 3 (les Social Links ont juste été remplacés par les Confidants, un système quasi similaire qui accorde des bonus encore plus intéressants), mais renoue aussi avec certains concepts du tout premier Persona (les personnages peuvent équiper une arme à feu en plus de leur arme de mêlée, et le système de négociations fait son grand retour). Le jeu impressionne pour le soin apporté à l'aspect visuel de son interface, particulièrement stylée. C'est la première fois qu'un épisode de la série ne se déroule pas dans une ville fictive, le théâtre de cette aventure n'étant rien de moins que la capitale du Japon ! Certaines affiches à Shibuya et certaines émissions de télé font référence à des personnages des opus précédents. Histoire : Un groupe de lycéens considérés comme des parias obtient le pouvoir de réformer la société en volant les désirs distordus d'adultes corrompus. Leurs coups d'éclat spectaculaires divisent l'opinion : sont-ils des héros, ou des criminels ?
 
Dernière édition :

korisan

Habitué
En plus des épisodes officiels, la saga Persona a eu droit à de nombreux spin-offs plus ou moins canoniques explorant d'autres types de gameplay :
  • Persona Q: Shadow of the Labyrinth, sorti en 2014 sur 3DS, est une déclinaison à la sauce Persona de la série de dungeon crawlers Etrian Odyssey ("Sekaiju no Meikyuu" en japonais, d'où le "Q" du titre), développée elle aussi par Atlus ; une de ses particularités est de proposer de dessiner le plan des donjons soi-même à l'aide du stylet sur l'écran inférieur de la console, et on y retrouve aussi les fameux FOE (de gros monstres errants beaucoup trop forts qu'il faudra éviter en attendant d'être capable de les affronter). L'histoire de PQ ( :ROFLMAO: ) est prétexte à une rencontre fan-service entre les héros de Persona 3 et ceux de Persona 4, redesignés à la sauce SD (dans la mesure où tout le monde perd la mémoire à la fin de l'aventure, le côté canonique ou au contraire non-canonique de cet épisode sera pure affaire de subjectivité ^^). Sorti en 2018 au Japon et un an plus tard en Occident, Persona Q2: New Cinema Labyrinth propose quant à lui d'ajouter les héros de P5 au casting, pour une nouvelle histoire et de nouveaux donjons.
  • Développé par Arc System Works – les génies des jeux de baston 2D aux graphismes léchés et aux gameplays exigeants (Guilty Gear, BlazBlue, Dragon Ball FighterZ...) – et sorti en 2012 au Japon/USA et 2013 en Europe (arcade, PS3, XBox 360), Persona 4 Arena permet la rencontre, cette fois indéniablement canonique, entre les héros de Persona 3 et Persona 4 ; bien qu'il s'agisse d'un jeu de baston à 1 contre 1, P4A propose un mode histoire assez conséquent, raconté à grands renforts de longues scènes de type "visual novel" ; l'aventure se déroule en mai 2012, soit deux mois après la fin de P4 et deux ans après celle de P3 (d'où un vieillissement et un changement de look pour les membre du SEES). Sorti en 2013 en arcade et 2014 sur consoles, Persona 4 Arena Ultimax est la suite directe de P4A et permet d'identifier et affronter le grand méchant qui tirait les ficelles dans l'ombre, proposant au passage des personnages supplémentaires.
  • Persona 4: Dancing All Night, sorti en 2015 sur PS Vita, est un jeu de rythme dont la bande-son est constituée de remixes de l'OST du jeu d'origine ; on a droit là encore à un mode histoire de type VN très bavard racontant des évènements canoniques se déroulant après la fin cachée de Persona 4 Golden. Une réédition en démat' sur PS4 sera disponible en 2018 pour les personnes qui auront acheté le diptyque Persona 3: Dancing in Moonlight et Persona 5: Dancing in Starlight (sortis aussi sur PS Vita) ; si le principe est grosso-modo le même pour ces derniers (quasiment le même gameplay à un ou deux détails près, avec là encore des remixes de l'OST de leur jeu d'origine), l'ambitieux mode histoire de P4D a laissé sa place à de petites scénettes plus légères (là encore, tout le monde va perdre la mémoire à la fin, donc que ces épisodes soient canoniques ou pas ne revêt que peu d'importance...). À noter que c'est la première fois qu'un jeu estampillé Persona (enfin, en l’occurrence, deux !) bénéficie d'une traduction française, plutôt réussie au demeurant !
  • Persona 5 Scramble: The Phantom Strikers, sorti en 2020 au Japon (pas encore de date de sortie en Occident) sur PS4 et sur Switch, est cette fois une déclinaison de la licence à la sauce "musou" (célèbre série de beat'em all de Koei Tecmo développés par Omega Force, dans lesquels on affronte des ennemis par grappes entières) ; l'histoire, canonique encore une fois, se déroule après les évènements de Persona 5 ; côté gameplay, mis à part les combats qui se déroulent en temps réel au lieu du classique tour par tour, on reste finalement en terrain connu : des donjons à explorer, des fusions dans la Velvet Room, beaucoup de dialogues... le jeu est finalement moins orienté "action" que la plupart des musous !
 
Dernière édition :

Kokuzoku

Habitué
Rhô merde, ils ont changé Igor :p

Je suis un fan absolu depuis le 3, qui reste du coup mon préféré en attendant de finir le 5 :ROFLMAO:
 

JESUS

Habitué
Persona 4 sur PS2 a été le premier de la série que j’ai touché, et c’est peu dire que j’ai été surpris par la longueur de l’intro ^^’ J’aimerai bien y retoucher avec les anciens. Et voir P5 sur Switch, mais bon c’est le jeu des exclus ^^.

EDIT: Par contre rien ne vaut la Volvo Room.
 
Dernière édition :

Hacel

Habitué
Merci à toi korisan pour la création de topic ^^

Perso je mets toujours Persona 2, que ce soit Innocent Sin ou Eternal Punishment sur un piedestal même si P3 a permis à la série de gagner une visibilité impossible autrement de par son accessibilité et son rythme unique pour un rpg. J'y avais pris beaucoup de plaisir à la parcourir. Je suis toujours aussi refroidi par P5 qui reste paralysé par son héritage, et qui n'ajoute tellement rien si ce n'est son chat casse-b..... que c'en est bien dommage.
.
 

Kokuzoku

Habitué
Le chat il ajoute rien au contraire, il est là pour brider la progression .

"hey demain tu dois aller acheter du pain, vaut mieux se coucher tôt."
 

Hacel

Habitué
Le chat il ajoute rien au contraire, il est là pour brider la progression .

"hey demain tu dois aller acheter du pain, vaut mieux se coucher tôt."

C'est tellement ça! un chat castrateur qui enlève toute velléité de sortir du chemin défini ^^"
 

smogo

Habitué
Ca fait un moment que je ne joue plus (aux jv en général) maic c'est vrai que les presentations de cette serie m'avaient tapé dans l'oeil. Ressortir la ps2 et trouver le jeu d'okkaz ? Faut voir ...
 

Doc'

Habitué
Eternal punishment en US sur PSX...mon 1er Persona !
Ze révélation de l'univers SMT :)

Ah oui ! Je l'avais oublié celui-là avec ce titre hilarant : Persona 3 FES !!!
Les barres que l'on s'est tapées quand il a été annoncé dans la presse à l'époque ^^
 
Dernière édition :

pampamgael

Membre Actif
Merci pour la création du topic persona !! Une serie que j'ai découvert grace a P4golden sur vita, un des meilleurs j-rpg que j'ai fait !!
 

korisan

Habitué
J'ai updaté le premier message (ajout d'une illustration et des descriptions de Persona 4 et 5) ; je m'occuperai des spin-offs un autre jour.

En ce qui me concerne, j'ai découvert la série avec le 3ème épisode via le site rpgamer.com qui évoquait sa sortie future au Japon ; j'ai tout de suite été intrigué par l'étrange simulacre de suicide servant à invoquer les Personas (j'ai craint que ce geste polémique empêche ce jeu de sortir en Occident), et j'ai été séduit par l'aspect visuel (l'ambiance de la Dark Hour, le chara-design) et la présence d'arcanes du tarot de Marseille (pour lequel j'ai une passion depuis le manga X de CLAMP – je possède actuellement plus de 25 jeux, dont ceux inspirés de The Binding of Isaac, Tactics Ogre et Undertale).

Finalement Persona 3 est sorti aux USA avec le succès que l'on sait, et le jeu a fini par arriver en Europe : je me suis pris la version d'origine que j'ai adorée, puis l'ai refait dans sa version FES en 2009 en suivant le calendrier au jour le jour (je me suis inspiré d'un ami qui jouait au jeu des 24 heures du Mans en temps réel pendant l'évènement, et qui m'a suivi dans cette expérience).
Totalement accro, j'ai par la suite acheté tous les autres épisodes et spin-offs, ainsi que les jeux de la série-mère Shin Megami Tensei (à part Strange Journey que je prendrai dans sa version Redux, et le remake iOS du premier épisode, je pense avoir acheté tous les jeux estampillés SMT sortis en Occident ; je suis en revanche loin de les avoir tous faits... ^^).
 

Kokuzoku

Habitué
Ok mais est-ce que tu fais partie des gens bien qui préfère le 3 ? Ou est-ce que tu es de ces gens qui écoutent du Justin Bieber et préfère le 4 ?
 

pampamgael

Membre Actif
Ok mais est-ce que tu fais partie des gens bien qui préfère le 3 ? Ou est-ce que tu es de ces gens qui écoutent du Justin Bieber et préfère le 4 ?

On peut aimer le 4 sans forcement ecouter justin bieber. Et preferé un épisode par rapport a sa bande son c'est pas un peu bizarre non ?
 

korisan

Habitué
Ta question est à peine orientée... :p (@pampamgael : je pense qu'il faisait allusion à la coiffure du héros, plus qu'à l'OST du jeu ^^)

Le 4 améliore la recette du 3 à quasiment tous les niveaux (il n'y a selon moi que le rythme du jeu qui est moins bon dans P4, entre les deux tunnels cinématiques de 3 heures au début et vers la fin du jeu, et le fait que l'exploration du monde de la télé se fait après les cours – ce qui pousse à faire de longues sessions de donjons si on veut optimiser son emploi du temps). Mais, même si j'ai adoré cet épisode, c'est en effet Persona 3 qui m'a le plus marqué.
 

Shutan

Habitué
Pour ma part (et n'ayant pas encore fini le 5), c'est Persona 3 qui m'a le plus marqué. L'ambiance désastrophique tout au long du jeu y est pour beaucoup, le memento mori omniprésent, les transmogrifications en cercueil, les liens sociaux désespérés, bref tout est hyper cohérent. Pas joyeux, non mais c'est pas le but. heureusement qu'il y a Junpei et Yukari pour éclaircir un peu le tableau.
Franchement un excellent jeu avec une ambiance de folie, mais qu'il ne faut clairement pas faire quand on est déprimé...
Persona 4, j'ai bien aimé aussi, ambiance Scooby Doo et le fait d'être dans la campagne avec des persos un peu blasés, ça changeait. Le fait qu'il se passe "enfin" un truc dans cette ville où il ne se passe jamais rien, l'humour souvent juste, un bon moment ! :)
 
Haut