ūüéĶ Love is all, well love is all ~ Le topic des amours singulier‚ÄĘ√®re‚ÄĘs et pluriel‚ÄĘle‚ÄĘs

Lazarre

Habitué
#1
Parce que quand on n'a que l'amour pour vivre nos promesses sans nulle autre richesse que d'y croire toujours.
Et que le degré de civilisation d'un forum se mesure à sa capacité à maintenir ouvert un topic sur le sujet sans que ça dégénère.
Voici un topic pour parler de l'amour, des amours, de sa présence, de son absence, de sa quête, de ses récompenses d'xp et de loot, sous toutes ses formes légales et dans le respect du consentement.

N'oubliez pas que le forum reste tout public, que vos non-demandes en mariage peuvent très bien se passer par mp.

Et parce qu'il n'y a pas que la monogamie dans la vie, un petit texte d'introduction sur la vaste notion qu'est le polyamour.
 

Capet

Membre
#2
Et que le degré de civilisation d'un forum se mesure à sa capacité à maintenir ouvert un topic sur le sujet sans que ça dégénère.
Bwahaha, t'as de l'espoir :D Mais bon qui sait, c'est s√Ľr que c'est un sujet qui va √™tre anim√© en tout cas.

Pour l'article :
Ou la quantité est-elle un atout en amour et plus j’ai de partenaires, plus je suis heureux ?
Pffff... Je sais que c'est juste une tagline accrocheuse et le reste de l'article en lui m√™me est pas mal (√ßa va √† l'essentiel) mais c'est pas du tout une question de "plus t'en as, mieux c'est" quoi. √Ä vrai dire je connais plut√īt des gens qui ont une ou deux relations mais se sentent pas d'en avoir plus, m√™me si ce serait possible avec d'autres gens, parce que √ßa prendrait trop de temps et d'√©nergie.
 

hakugei_

Moderatorin, ja !
Membre du personnel
#3
Han mais trop fort, je me posais justement la question sur la possibilité d'ouvrir un topic sur des sujets comme le polyamour.
Merci Lazarre !!! :love: (ton intro est top, en plus)

Je me pose plein de questions sur les relations amoureuses en ce moment.
J'ai toujours vécu des relations monogames et la "tromperie" est un truc que j'avale vraiment pas. Un de mes ex a essayé de m'intéresser à la sexualité à plusieurs, mais l'idée de le "partager" était très difficle. Aujourd'hui encore j'aurais je pense beaucoup de mal à accepter que mon/ma partenaire aille voir ailleurs, comme on dit.

ET POURTANT (car √©videmment il y a un mais) je me rends compte que depuis que je suis √† nouveau c√©libataire, je crush sur plusieurs personnes en m√™me temps, j'ai beau avoir des sentiments tr√®s forts pour certain.e.s, je r√©alise que si ces sentiments √©taient r√©ciproques je serais bien incapable d'en "choisir" un.e seul.e, je m'imagine bien les aimer tout.e.s, et vivre plusieurs relations en parall√®le (potentiellement diff√©rentes les unes des autres) et le vivre tr√®s bien. Je pense m√™me que (toujours dans le cas o√Ļ toutes ces personnes auraient aussi des sentiments pour moi) je serais bien malheureuse si l'une d'elles me demandait de choisir.

Du coup je m'interroge aussi sur les raisons de ma jalousie (probablement le manque de confiance en moi, je suppose).

Je ne sais pas si c'est le fait d'approcher la quarantaine et de me remettre complètement en question (je comprends maintenant ce qu'on appelle "crise de la quarantaine"...) mais c'est vraiment quelque chose qui me travaille !
Disons que pour l'instant, "heureusement" que les personnes pour qui je crush ne crushent pas sur moi en retour.

Autre crainte importante pour moi : être polyamoureuse, ça rajoute encore un truc "segmentant" chez moi, et ça diminue encore ma chance de trouver des gens qui voudraient faire un bout de chemin avec moi. Je suis célibataire, j'ai déjà du mal à trouver des gens avec qui je me sens bien, je suis féministe, "geek", pan, sex-positive, vegan... si avec tout ça je dois aussi réussir à tomber sur des gens qui acceptent ma façon de voir les relations, j'ai l'impression que je trouverai jamais personne.

Et si je tombe amoureuse de quelqu'un qui est en couple, j'ai déjà de base, ma timidité qui fout la merde, donc là j'ai en plus l'obstacle de me dire "comment j'aborde le sujet au risque de choquer" ? Parce que si ça se trouve la personne est polyamoureuse aussi, mais dans certains contextes (professionnel, par exemple) ça ne se dit pas. Mais si je demande pas, je saurai pas. Mais si je demande et que ça choque, ça va me faire une super réputation, pour peu que la personne en parle.
Anxiété de merde :D

Vu mon √Ęge (j'aimerais bien pas finir toute seule, au minimum au niveau charnel quoi..) tout √ßa est un peu angoissant :oops:
 

JESUS

Habitué
#5
Content de revoir un topic sur le sujet. Pour le moment je vais peut √™tre rester en retrait, c'est quelque chose qui me pr√©occupe vraiment de plus en plus par son absence dans ma vie et j'aimerais avant tout pouvoir structurer ma pens√©e avant de dire des √Ęneries.
 
Dernière édition:

julius81

Membre Actif
#7
J'ai envie de demander " c'est quoi l'amour" ?
Vous pouvez rigoler, mais je n'ai jamais été amoureux. Je n’ai jamais ressenti ce sentiment.
Il faut dire que ma timidit√© joue beaucoup. Mais, m√™me quand je suis avec des femmes que je connais tr√®s bien, avec qui je fais des restos ou des cin√©s, je n'√©prouve que de l'amiti√© et non pas de l'amour. J'ai sans doute manqu√© beaucoup d'occasions, aussi. Peut-√™tre parce que ma timidit√© m'a emp√™ch√© de franchir le pas. D'oser, aller plus loin, de reconna√ģtre certaines choses qui font que l'autre voudrait bien pousser la relation plus loin. Ca me met des barri√®res inimaginables. Pourtant, je SAIS que certaines n'auraient pas lieu d'√™tre. Et √ßa fait dr√īle de faire un s√©jour o√Ļ tous tes amis sont en couple, sauf toi. Et encore plus quand ta frangine est mari√©e, que tu as 36 balais et que les parents se demandent ce que tu vas devenir sur ce plan l√† aussi.
 

Infirme

Membre Actif
#8
Je pense avoir été amoureux quelques fois mais je pense pas ces derniers temps. Je suis rarement tombé amoureux ou alors c'était pas réciproque. J'ai tendance à me saborder tout seul et être maladroit aussi...

A la base je suis timide donc quand j'arrive à me lancer ou me décider un peu tout ou rien :-/
 

zesensei

Conseil d'administration
Membre du personnel
#9
Parce que quand on n'a que l'amour pour vivre nos promesses sans nulle autre richesse que d'y croire toujours.
Et que le degré de civilisation d'un forum se mesure à sa capacité à maintenir ouvert un topic sur le sujet sans que ça dégénère.
Voici un topic pour parler de l'amour, des amours, de sa présence, de son absence, de sa quête, de ses récompenses d'xp et de loot, sous toutes ses formes légales et dans le respect du consentement.

N'oubliez pas que le forum reste tout public, que vos non-demandes en mariage peuvent très bien se passer par mp.

Et parce qu'il n'y a pas que la monogamie dans la vie, un petit texte d'introduction sur la vaste notion qu'est le polyamour.
On va s'entendre. Rien d'autre à dire...
Liberté absolue dans le consentement mutuel pour se découvrir et découvrir l'autre, cheminer vers plus de paix, vers l'univers illimité, amoral et sans jugement. Aimer est l'action transcendante depuis l'origine de la réalité.
 

hakugei_

Moderatorin, ja !
Membre du personnel
#10
@julius81 je me pose la question, mais peut √™tre que tu as des sentiments amoureux mais platoniques ? Chacun a sa fa√ßon d'aimer, la d√©finition du mot amour et le ressenti autour de √ßa est diff√©rent d'une personne √† l'autre. (y a bien des personnes qui pensent que si la relation n'est pas explosive - jalousie, engueulades - ce n'est pas de l'amour). Je dis pas √ßa pour te tirer les vers du nez, mais √† titre de discussion : personnellement il m'arrive assez souvent d'avoir des sentiments qui sont pour moi plus que de l'amiti√©, mais o√Ļ je ne d√©sire pas physiquement la personne.
Ou alors c'est une forme d'aromantisme de ton c√īt√© ?
Parce que quand tu dis que c'est parce que tu n'as peut-√™tre pas vu que tu plaisais √† des filles, je ne vois pas le rapport compl√®tement avec tes sentiments √† toi : on peut √™tre amoureux d'une personne √† qui on ne pla√ģt pas.
Y a des gens qui sont célibataires longtemps alors qu'ils sont régulièrement amoureux, simplement parce que pas de bol, c'est pas réciproque.
 

Lazarre

Habitué
#11
Vous pouvez rigoler, mais je n'ai jamais été amoureux. Je n’ai jamais ressenti ce sentiment.
Il se peut aussi (mais ce n'est qu'une hypothèse, je ne te connais pas assez) que tu sois aromantique. L'important après est de voir comment tu te sens toi par rapport à ce que tu ressens ou non, et pas par rapport à ton entourage ou ta famille (qui mettent facilement une pression normative).
 
#13
personnellement il m'arrive assez souvent d'avoir des sentiments qui sont pour moi plus que de l'amiti√©, mais o√Ļ je ne d√©sire pas physiquement la personne.
De m√™me, j'ai parfois des "pics" d'affection envers des gens. C'est g√©n√©ralement plus fort que de l'amiti√© mais je ne suis pas s√Ľr que ce soit de l'amour.

Comme le disait @julius81, je pense que vous avons tous nos visions assez différentes de l'amour et que "débattre" de polyamour peut vite devenir assez compliqué.
Pour ma part, si je pense qu'il est possible d'être en couple avec/amoureux de plusieurs personnes et qu'il peut être parfois plus sain d'être dans un groupe amoureux, je ne pense pas que ma personnalité soit trop compatible avec ce style de vie. L'article qu'a pointé @Lazarre en parle: le droit à l'épanouissement, le concept de relation sociale un poil arriéré, nanani, nanana.

Par contre, je ne sais pas trop quoi penser de ce passage.
La question du temps pourrait, d‚Äôapr√®s Thomas Schroedter, contribuer au fait que le polyamour devienne un bien de luxe pour l‚Äô√©lite cultiv√©e. Car le citoyen cultiv√© a tendance √† avoir plus de temps et d‚Äô√©nergie √† donner √† ses relations qu‚Äôun ouvrier de chantier. Le polyamour deviendra-t-il bient√īt la forme de relation des √™tres riches et intelligents ?
 

Lazarre

Habitué
#14
Cela fait pourtant partie des critiques du polyamour : un mode de relation qui est plus facile à entretenir quand on n'a moins de contraintes financières et matérielles. Tout comme il y a aussi une critique "patriarcale" qui implique que la notion de polyamour peut parfois être détournée pour donner une respectabilité à des relations "de harem".
La difficulté derrière cette notion c'est qu'elle est très vaste : de la relation ouverte à l'anarchie relationnelle en passant par les cercles polyamoureux, ce sont des situations souvent très différentes qui ne présentent pas les mêmes enjeux, à tel point que de s'afficher "polyamoureux" sans précision n'est pas vraiment indicatif.
 
#15
Tout comme il y a aussi une critique "patriarcale" qui implique que la notion de polyamour peut parfois être détournée pour donner une respectabilité à des relations "de harem".
Ah, suis plut√īt int√©ress√© si t'as des papiers sur ce point.

La difficulté derrière cette notion c'est qu'elle est très vaste
Indeed mais je suppose qu'on peut former les contours de cette notion en posant simplement ce qui fait parti du polyamour et ce qui n'en fait pas. (Au moins, on pourrait avoir une base de discussion.) (Ouais, j'en demande beaucoup, je sais.)
 

hakugei_

Moderatorin, ja !
Membre du personnel
#16
Cela fait pourtant partie des critiques du polyamour : un mode de relation qui est plus facile à entretenir quand on n'a moins de contraintes financières et matérielles.
C'est clair que si tu gagnes le smic et travailles beaucoup et/ou avec beaucoup de temps de transport, déjà avoir du temps pour une relation c'est beaucoup.
 

zesensei

Conseil d'administration
Membre du personnel
#19
Bonjour,
Je voudrais simplement partager mon retour d’expérience, my life. Rien à généraliser ou imiter.
Depuis que je suis tout petit petit j'aime tout, j'ai des d√©sirs d'amour infini, nature, hommes, femmes, familles, inconnus. Vers 6-7 ans je comprends dans la douleur que √ßa m‚Äôexclue pas mal. J'aurais pu √©pancher cet amour en me tournant vers un amour divin, transcendant √† l'echelle de mon cŇďur, une religion. La vie en a d√©cid√© autrement.
Je grandis et change, la réalité, la société, les relations, les expériences me font intégrer qu'il ne faut pas 'trop' aimer. Je me mets des barrières et des limites.
J'ai 43 ans aujourd'hui. Suite à un choc, un accident de vie, je recreuse en moi pour me retrouver moi même. Et je rencontre au passage ce petit garçon un peu oublié avec le temps (euphémisme).
Je lis ce post. Je veux partager quelques clefs, ressentis personnels:
- Je ne peux aimer quelqu'un (quelques un) que si je m'aime moi même véritablement et me respecte, avec mes défaut et mes limites, si je me pardonne, si je ne me mets pas d'objectifs, fantasmes. Si je vis 'juste' la réalité de ma condition limitée.
- Rien ni personne ne peut m‚Äôemp√™cher d'aimer qui ou quoi ce soit, je suis le seul √† pouvoir mettre des barri√®res √† mon cŇďur.
- Je peux aimer sans rien attendre en retour puisque je m'aime et que je me considère comme complet et seul responsable de mon bonheur (mon amour supporte mal les dépendances)
- Si j'aime, je respecte absolument la liberté de l'être (ou des êtres) aimés, à chaque moment (tout change à chaque instant, vivre s'est s'adapter/changer) liberté de m'aimer ou non, avec sa conscience, ses limites, ses désirs, son intégrité, rien ne m'appartient
- Les √©tiquettes et mots enferment et limitent (m√™me mes mots en ce moment), le v√©cu du cŇďur et du corps nous transcendent et nous font grandir (et le deux se touchent, physiquement et spirituellement).
Actuellement j'élargis de plus en plus ma capacité à aimer, en dégageant (en mode bourrin, je suis fan de jeux de baston) toutes les barrières qui pouvaient me retenir jusqu'alors. Et ça me fait putain du bien, et je découvre la vie dont je n'osais rêver étant enfant.
Je rappelle à titre indicatif qu'on n'a qu'une vie et qu'elle peut être raccourcis sans prévenir. Se limiter, se conformer, se définir par rapport à des groupes, des normes, des idéaux, des fantasmes, ou que sais-je, peut être regretté plus tard par certains (je ne parle que de moi, je rappelle, bullshit qui ne sont pas applicables à d'autre, probablement).
Voilà, je voulais juste partager mon ressenti par rapport à ton post d'origine et un peu répondre à Hakugei de manière indirecte (peut être à d'autre). On peut se poser pas mal de questions, vivre apporte parfois des réponses qui nous avancent toujours si on est prêt à les accueillir (certains 'non' me font plus avancer que bien des 'oui').
Je vous aime aussi, bande de passionnés que je ne connais pas mais tellement individuels et différents des clichés dans lesquels d'autres auraient voulu vous enfermer.
A pluche (et ne me prenez pas au sérieux, je le suis moins que mes mots ;) )
 

Ray

Habitué
#20
Han mais trop fort, je me posais justement la question sur la possibilité d'ouvrir un topic sur des sujets comme le polyamour.
Merci Lazarre !!! :love: (ton intro est top, en plus)

Je me pose plein de questions sur les relations amoureuses en ce moment.
J'ai toujours v√©cu des relations monogames et la "tromperie" est un truc que j'avale vraiment pas. Un de mes ex a h√Ęte essay√© de m'int√©resser √† la sexualit√© √† plusieurs, mais l'id√©e de le "partager" √©tait tr√®s difficle. Aujourd'hui encore j'aurais je pense beaucoup de mal √† accepter que mon/ma partenaire aille voir ailleurs, comme on dit.

ET POURTANT (car √©videmment il y a un mais) je me rends compte que depuis que je suis √† nouveau c√©libataire, je crush sur plusieurs personnes en m√™me temps, j'ai beau avoir des sentiments tr√®s forts pour certain.e.s, je r√©alise que si ces sentiments √©taient r√©ciproques je serais bien incapable d'en "choisir" un.e seul.e, je m'imagine bien les aimer tout.e.s, et vivre plusieurs relations en parall√®le (potentiellement diff√©rentes les unes des autres) et le vivre tr√®s bien. Je pense m√™me que (toujours dans le cas o√Ļ toutes ces personnes auraient aussi des sentiments pour moi) je serais bien malheureuse si l'une d'elles me demandait de choisir.

Du coup je m'interroge aussi sur les raisons de ma jalousie (probablement le manque de confiance en moi, je suppose).

Je ne sais pas si c'est le fait d'approcher la quarantaine et de me remettre complètement en question (je comprends maintenant ce qu'on appelle "crise de la quarantaine"...) mais c'est vraiment quelque chose qui me travaille !
Disons que pour l'instant, "heureusement" que les personnes pour qui je crush ne crushent pas sur moi en retour.

Autre crainte importante pour moi : être polyamoureuse, ça rajoute encore un truc "segmentant" chez moi, et ça diminue encore ma chance de trouver des gens qui voudraient faire un bout de chemin avec moi. Je suis célibataire, j'ai déjà du mal à trouver des gens avec qui je me sens bien, je suis féministe, "geek", pan, sex-positive, vegan... si avec tout ça je dois aussi réussir à tomber sur des gens qui acceptent ma façon de voir les relations, j'ai l'impression que je trouverai jamais personne.

Et si je tombe amoureuse de quelqu'un qui est en couple, j'ai déjà de base, ma timidité qui fout la merde, donc là j'ai en plus l'obstacle de me dire "comment j'aborde le sujet au risque de choquer" ? Parce que si ça se trouve la personne est polyamoureuse aussi, mais dans certains contextes (professionnel, par exemple) ça ne se dit pas. Mais si je demande pas, je saurai pas. Mais si je demande et que ça choque, ça va me faire une super réputation, pour peu que la personne en parle.
Anxiété de merde :D

Vu mon √Ęge (j'aimerais bien pas finir toute seule, au minimum au niveau charnel quoi..) tout √ßa est un peu angoissant :oops:
Ton message m'a fait penser à une discussion qu'a eu avec moi une amie (sauf qu'elle est bien plus jeune que nous et qu'elle veut un enfant en plus de pas être seule) donc tu n'est clairement pas la seule dans ce cas. Elle aussi à de trop nombreux crush sur bien trop d'hommes/femmes.
Elle passe sont temps à se mettre en couple avec quelqu'un pour en général finir par le/la tromper avec quelqu'un d'autre tout en continuant pourtant d'aimer son premier partenaire (et évidemment ça se fini mal).
Je lui ai d'ailleurs envoyé l'article de Lazare pour voir ce qu'elle en pense.

Mais bon j'avoue ne pas avoir su quoi lui répondre.

De mon c√īt√© j'ai tendance √† faire des crush tr√®s souvent, mais ils ne durent rarement longtemps donc en g√©n√©ral j'attends de voir si l'√©tat de crush continu. Si √ßa tiens plus d'un mois, c'est que c'est vraiment une personne avec qui je peux avoir une vrai histoire et dans ce cas je me lance.

C'est pas la meilleure méthode, mais dans mon cas c'est la seule qui fonctionne sans trop me bousiller moralement.

Principalement car je suis hyper-√©motif (enfin selon les diff√©rents psy que j'ai eu), j'ai tendance √† ressentir trop fort les √©motions (et √† sur interpr√©ter les √©motions des personnes qui m'entoure aussi), j'ai donc besoin de temps (pas que dans les relations amoureuses) pour √™tre s√Ľr de mes √©motions ou de celles que me renvoie des personnes de mon entourage.

Et j'ai tendance √† trop exprimer mon amour ce qui peut √™tre envahissant pour certains (o√Ļ g√©nant pour ceux qui nous entoure qui eux n'ont pas besoin d'un c√Ęlin toutes les 5 minute et ne comprennent pas ce comportement).

Ça fait aussi que pour le coup je ne m'imagine pas dans une relation polyamoureuse ayant trop de mal à gérer la pression d'une relation classique.

Je cherche toujours √† rencontrer quelqu'un avec qui j'arriverais √† avoir une relation stable, et si possible √† avoir des enfants (en ce moment j'ai un peu l'impression de vivre ma paternit√© par procuration entre mon neveu et les enfants de mes amis dont je me retrouve √† m'occuper r√©guli√®rement, d'ailleurs plusieurs amis disent que je m'occupe super bien des m√īmes, ce que je trouve assez perturbvvant), mais pour l'instant la vie en a d√©cid√© autrement.

Les rares rencontre que j'ai fait n'ont pas fonctionn√©es pour diverses raisons et je n'arrive pas la plupart du temps √† rencontrer des personnes √† peu pr√™t de mon √Ęge avec qui j'arrive √† avoir des discussions int√©ressantes (parce que j'ai vraiment besoin de quelqu'un avec qui je ne m'ennuie pas, mes relations les plus longues ont toujours √©t√© construite autour de √ßa).

Bref dur de conseiller une amie quand on est aussi paumé qu'elle.
 
Haut