ūüĆą We're here! We're Queer! Get used to it!

Ray

Habitué
Une lieutenant colonnelle transgenre punie à cause de son profil Tinder ouvertement queer :

 

Kaelandojin

Habitué
J'ai pas de solutions.
Mais qu'est-ce qui empeche les derives de forcer un athlete homme a devenir trans?
Sur le plan athletique, c'est la qu'il y a un interet d'ou une partie de la focalisation sur les trans qui passeraient chez les feminines peut-etre.
 

GipsyDangerous

Habitué
J'ai pas de solutions.
Mais qu'est-ce qui empeche les derives de forcer un athlete homme a devenir trans?
Sur le plan athletique, c'est la qu'il y a un interet d'ou une partie de la focalisation sur les trans qui passeraient chez les feminines peut-etre.
Est-ce qu'au moins tu te rends compte de l'ignominie sous-jacente de ta question ?
 
Dernière édition :

pafnouti

Habitué
Je vais essayer de t'expliquer en quoi tes propos me choquent aussi (pardon pour les concern√©s si je suis maladroite) : vu les discriminations de toutes sortes subies par les personnes trans, il est impossible que ce soit un avantage global: les sportifs trans subissent d√©j√† une remise en cause incroyable de leurs performances, et vu le r√īle de la confiance et de la psychologie en g√©n√©ral dans les performances sportives, c'est une strat√©gie qui ne tient pas la route.
Surtout, avec un tel raisonnement, tu insinues que tous les sportifs trans sont des tricheurs, et tu remets en cause leur identité de genre en laissant entendre que leur trans-identité est fausse. En bref, c'est de la transphobie.
Le seul moyen d'être inclusif avec une personne trans est de le laisser être la personne qu'elle est.
 

Kaelandojin

Habitué
Je ne parle pas de personne trans justement en parlant de derives.

Mais d'athletes plus ou moins jeunes qui seraient forces de subir des traitements ou operations par les autorites ou institutions sportives de leur pays pour briguer des medailles.

Je ne parle jamais d'avantage global.
 

GipsyDangerous

Habitué
Je ne parle pas de personne trans justement en parlant de derives.

Mais d'athletes plus ou moins jeunes qui seraient forces de subir des traitements ou operations par les autorites ou institutions sportives de leur pays pour briguer des medailles.

Je ne parle jamais d'avantage global.
Le dopage est suffisant pour augmenter les performances sportives, pas besoin d'en arriver là. Merci @pafnouti pour avoir réussi à exprimer ce que j'ai pu ressentir. Et je ne suis même pas concerné, alors j'imagine même pas ce que peut ressentir une personne trans à la lecture de ce post.
 
  • J'aime
Réactions : Ray

pafnouti

Habitué
Je ne parle pas de personne trans justement en parlant de derives.

Mais d'athletes plus ou moins jeunes qui seraient forces de subir des traitements ou operations par les autorites ou institutions sportives de leur pays pour briguer des medailles.

Je ne parle jamais d'avantage global.
Dans le cadre d'un dopage institutionnel, mon argument reste valable : la déstabilisation psychologique d'un athlète est un désavantage pour de bonnes performances.
De plus, les seuls cas de dopage organisé par un état dont j'ai connaissance ont existé dans des pays non-démocratiques, qui respectent encore moins les personnes trans (au-delà de discriminations systématiques, un tel état va souvent jusqu'à nier l'existence de la transidentité dans leur population).
Les sportifs, leurs coachs et leurs fédérations n'ont pas attendu cela pour doper les athlètes, y compris avec des traitements hormonaux. À l'inverse, des personnes cisgenres ont été discriminées à raison de leur taux d'hormone, en les soupçonnant d'être trans.
La réalité est que tout ceci sert de prétexte pour discriminer des athlètes et les empêcher de concourir. C'est triste.
 

Kaelandojin

Habitué
Il s'agit ici de la federation internationale de natation, il y a au moins le passif des anciennes nageuses de RDA dopees a la testosterone forcees par la Stasi.

Quand je dis dans mon premier post que je n'ai pas la solution, c'est que j'ai bien conscience que la majorite des cas, c'est de la simple transphobie.

Mais vu le passe, la federation est obligee de penser a de telles eventualites.

Je ne nie pas pour autant que dans la majorite des cas, cet argument sera utilise par simple transphobie sans reellement se soucier des athletes ayant subis la contrainte.
 

pafnouti

Habitué
1- la fédération internationale de natation crée une catégorie à part (donc discriminante) pour les nageurs trans, elle ne demande pas à forcer des gens à devenir trans (ta 1ère phrase ne veut rien dire pour moi, )
2- doper des athlètes avec des hormones c'est différent de les "forcer à devenir trans" pour concourir dans une autre catégorie (quand bien même ce serait possible -et ça ne l'ai pas- , je répète que de mon point de vue ce serait contre-productif)
3- la fédération n'est pas du tout obligée de créer cette catégorie, pas plus que la fédération d'athlétisme n'était tenue d'humilier une athlète qui avait un taux de testostérone plus élevé que la moyenne.

Le jour o√Ļ les trans domineront le monde, peut-√™tre que ce sera valable de "se faire passer pour trans". C'est juste pas pr√®s d'arriver.
Perso je serai pour arrêter toutes les compétitions de sport, et que tout le monde fasse de son mieux sans catégorie par "sexe" et sans se comparer aux autres. Mais ça non plus c'est pas près d'arriver. Alors si on pouvait juste essayer d'arrêter de pourrir la vie de personnes qui n'ont rien demandé que d'être elles-mêmes, ce serait déjà bien.
 

Kaelandojin

Habitué
C'est pas la FIN qui cherche a gagner les medailles, elle les distribue plutot.

Les pays non democratiques existent toujours.
 

hakugei_

quiche végane [& modo]
Membre du Staff
1/ on ne peut pas "rendre une personne trans" (de la même manière qu'on ne peut pas forcer une personne trans à devenir cis). La transidentité ne se résume pas à des transformations physiques, c'est une question d'identité de genre...
donc @Kaelandojin fais attention à tes formulations...
2/ il y a si peu d'athl√®tes transgenres en natation que (en mettant la transphobie de la d√©cision de c√īt√©) cette cat√©gorie ne sert strictement √† rien, iels seraient 2 ou 3 (MONDIALEMENT) √† concourir, bref, c'est compl√®tement d√©bile.
3/ imposer à des personnes des examens invasifs pour les départager en catégories arbitraires (car oui, la biologie sexuelle est compliquée et ce qu'on qualifie de féminin ou de masculin est arbitraire) c'est purement de la discrimination.
4/ quand certains athlètes hommes cis ont un énorme taux de testostérone, ils ne sont pas inquiétés. Ça a toujours servi pour discriminer les femmes ou les personnes lgbt.
5/ si le fait d'être transfem aidait la performance et avantageait par rapport aux femmes cis, ça se saurait déjà depuis longtemps (newsflash : ce n'est pas le cas)
@Kaelandojin c'est là qu'on te reproche des propos transphobes aussi. Que des gens le croient et donnent des hormones à leurs athlètes, c'est une chose, ça ne rend pas l'argument réel pour autant.
6/ en réalité la seule chose que cela va provoquer c'est empêcher les personnes intersexes ou trans de concourir, et c'en est complètement le but officieux.

Et d'ailleurs, savez vous depuis quand on a décidé de séparer hommes et femmes dans les compétitions sportives ?
Quand les femmes ont commencé à participer et... à gagner.

Si vous ne le savez pas, cette panique morale sur les personnes transdans le sport ces derniers mois a déjà eu pour conséquence des lois/décisions désatreuses : par exemple dans un état des US, si une fillette n'a pas "l'air" cis, pour continuer à pratiquer en club (de n'importe quel sport) elle devra se faire examiner ...
notamment on vérifiera ses organes sexuels externes et... internes
Des personnes militantes préviennent déjà que vu les stéréotypes de genre, cela devrait priver beaucoup de jeunes filles noires de s'inscrire en club (merci le patriarcat et le racisme)
 

Kaelandojin

Habitué
Essayez de comprendre mes posts aussi, avant de m'accuser merci.
Les organisateurs etablissent des reglements pour les participants et pour qu'ils puissent s'inscrire.
Comme tout reglement, il y en aura toujours pour essayer de les contourner et parfois au detriment des athletes.
 
Haut